Nest : un certain malaise dans l’IoT

Gestion des talentsLicenciementsManagement
nest-soucis-management
4 32

Selon Business Insider, Nest (branche IoT de Google) rencontrerait divers dysfonctionnements : management, turn-over, conception des produits connectés.

Des témoignages peu élogieux sur Nest, la branche Internet des objets du nouvel ensemble Alphabet (Google), circule.

Selon une enquête de Business Insider s’appuyant notamment sur des éléments fournis par 3 anciens collaborateurs de la firme, le rythme de travail serait intense avec des objectifs difficiles à atteindre.

Un mode « always on the run » qui aboutirait à des deadlines non réalisables pour boucler des projets et des équipes sollicitées en permanence, y compris le dimanche.

Nest serait empêtré dans des problèmes de produits techniques (pannes et dysfonctionnements), d’un turn-over de collaborateurs (une vingtaine sur les 6 derniers mois) et d’une organisation mal ficelée sous la houlette des co-fondateurs Tony Farell (exposé à des critiques virulentes sur ses méthodes de management) et Matt Rogers.

La division IoT de Google refuse d’apporter des commentaires. Mais les contributions sont vivaces sur un forum dédié sur le site Internet de Y Combinator : 223 commentaires recensés mardi soir depuis la publication de l’article BI paru hier.

Acquis par Google pour 3,2 milliards de dollars en 2014, Nest commercialise trois produits connectés pour la maison : un détecteur de fumée anti-incendie, un thermostat et une caméra de surveillance (en lien avec le rachat de Dropcam dans le courant de l’été de la même année).

Dans la foulée, une branche commerciale a été ouverte en France et les premiers partenariats de distribution ont été scellés, notamment avec Direct Energie.

On considère que le potentiel de business est énorme sur le marché des objets connectés et de la domotique nouvelle génération. Mais est-ce la réalité ?

Le cas de Nest intrigue notamment Mark Mahaney. L’analyste vedette de RBC Capital estime que le chiffre d’affaires de Nest en 2014 – évalué à 300 millions de dollars – est crédible, il reste circonspect pour la suite.

L’essor du segment IoT dans lequel Nest évolue serait plus lent que prévu. De quoi inquiéter Alphabet/Google ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur