Netflix titille Canalplay en France : il va y avoir du grabuge

Marketing
netflix-france-canalplay-le-match-ok

Les lignes dans la SVoD vont-t-elles bouger rapidement ? Après le démarrage en France, Netflix veut monter en puissance. Avec Canalplay, le groupe Canal Plus pourra-t-il garder son avance longtemps ?

Netflix a investi le marché français par la petite porte mais ses ambitions sont grandes.

Pour son démarrage, le catalogue que le service américain de vidéo à la demande par abonnement (SVoD en anglais) propose au démarrage se révèle assez classique : films USA (en provenance des studios Hollywood ou des productions indépendantes), séries TV, films français, documentaires, films indépendants, programmes pour enfants…Mais Netflix va monter en puissance progressivement en pariant sur du contenu vidéo exclusif à visionner en multi-supports : TV, tablette, smartphone, consoles de jeu et ordinateurs.

Le tout à un prix abordable entre 7,99 euros par mois à 11,99 euros pour la formule gold multi-écrans avec accès aux contenus 4K (ultra HD) quand vos machines et votre FAI le permettent.

Le taux d’adhésion à l’offre gratuite de Nerflix (gratuité le premier mois) devrait déjà permettre de se faire une idée de l’appétence des consommateurs français.

Lundi soir, tout le gotha parisien du cinéma et de l’audiovisuel était attendu pour une soirée inaugurale organisée par Netflix près du Pont Alexandre III. Reed Hastings, CEO et co-fondateur du service SVoD, expose ses ambitions sous les projecteurs : conquérir 10% des foyers français dans un horizon 2-5 ans, parvenir à 30% d’ici 10 ans (niveau actuel aux Etats-Unis). “Soit 9 millions d’abonnements d’ici 2024”, comptabilise Les Echos.

Bien que la déclinaison française de Netflix soit immatriculée au Luxembourg, l’objectif est de trouver des leviers pour s’ancrer sur le marché local. La société Internet américaine a trouvé un allié dans les télécoms du nom de Bouygues Telecom.

Netflix ne lésine pas sur les moyens en matière de production originale. Des centaines de millions de dollars sont investis dans ce sens. Ce qui permet d’aboutir à des séries de qualité comme House of Cards (les coulisses de la Maison Blanche, trois Emmy Awards remportées en 2013).

Pour la France, Netflix compte aussi produire des programmes locaux comme une série baptisée “Marseille” et signer des partenariats de distribution avec des sociétés indépendantes de divertissement numérique comme Ankama. Le studio d’animation installé dans le Nord de la France pourra déployer sa série de fantasy épique “Wakfu” à l’échelle mondiale en s’appuyant sur le réseau Netflix.

Canalplay : notre offre est plus abondante que celle de Netflix

C’est un concurrent coté au Nasdaq à ne pas sous-estimer pour le groupe Canal Plus qui exploite Canalplay de son côté. Ce service de vidéo à la demande par abonnement recense 520 000 abonnés après presque cinq ans d’exploitation. Les offres s’étalent entre 6,99 euros et 9,99 euros.

“A l’ouverture ce matin, Netflix propose 2950 heures de séries, Canalplay, 3800. L’offre de Canalplay est donc largement plus abondante que celle de Netflix“, a argué Rodolphe Belmer, Directeur général du groupe Canal Plus (groupe Vivendi), alors qu’il était interviewé à l’antenne de France Inter lundi matin.

Vous voulez un exemple de tiraillement entre les deux groupes ? “House Of Cards”. La saison 3 de la série produite par Netflix ne sera pas mise à la disposition des abonnés Netflix.fr car le groupe Canal Plus a signé un accord d’exclusivité pour le marché français. Ce sont les clients de l’offre de télévision payante du groupe audiovisuel français qui vont en profiter en priorité.

Mais les rapports de force pourraient changer à terme. Canal Plus l’a bien vu avec l’apparition du bouquet Bein Sports en France pour les droits de diffusion associés au football pro…

————————
Quiz : Connaissez-vous Numericable  ?
————————

Crédit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : Twin Design


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur