NetPratique contraint d’augmenter ses tarifs ADSL

Cloud

L’ADSL à 30 euros n’aura pas duré longtemps chez NetPratique qui avait lancé une offre équivalente à celle de Free sur l’ADSL à 512 Kbits/s. Victime d’un litige avec France Télécom, NetPratique n’a pas d’autre choix que de rehausser ses tarifs pour survivre. Il programme néanmoins le lancement de packs ADSL qui resteront très concurrentiels sur le marché du haut débit.

Rien ne va plus pour NetPratique. Le fournisseur d’accès qui avait, en toute discrétion, lancé une offre ADSL à 512 Kbits/s pour 30 euros (et donc concurrente de celle de Free, voir édition du 4 novembre 2002) vient d’augmenter ses tarifs de 5 euros. L’ADSL 512 passe de 30 à 35 euros par mois tandis que les offres 1 024/128 et 1 024/256 Kbits/s s’affichent désormais respectivement à 71 et 100,13 euros.

Contrairement à celles de Free ou 9Telecom, l’offre de NetPratique ne s’appuie pas sur le dégroupage mais sur les offres Ligne ADSL de France Télécom facturées 25 euros (pour le 512 Kbits/s). Dans ces conditions, difficile de voir comment NetPratique pouvait rentabiliser son affaire. “Nous devions lancer une offre de packs ADSL en novembre”, explique Olivier Roux, gérant de la société, “mais un litige commercial avec France Télécom nous oblige à repousser le lancement.” Le responsable n’a pas souhaité détailler le litige en question car l’affaire pourrait prendre la direction des tribunaux.

Avec une formule pack (modem ADSL + abonnement) qui représente 80 % du marché (contre 20 % pour la formule Ligne ADSL France Télécom + FAI), NetPratique visait une rentabilité de 13 euros par abonné. Or, la formule à 30 euros qui courait jusqu’au vendredi 31 janvier n’était pas rentable telle quelle. Le lancement des packs, prévu dès l’ouverture du service, devait permettre à la société de survivre. Sans les packs, elle n’avait pas d’autre choix que d’augmenter ses tarifs…

Rester concurrentiel

Seuls les nouveaux abonnés et les contrats renouvelés (au moment de l’abonnement, l’internaute précise la durée de sa période contractuelle qui peut être renouvelée de fait) subissent l’augmentation. En compensation, le FAI offre un choix parmi une série d’options (antivirus sur e-mail, adresse IP fixe, nom de domaine…).

“Nous allons de toute façon lancer les packs”, prévient le gérant de NetPratique, “via notre opérateur Cable&Wireless.” Le lancement est prévu le 15 février 2003, toujours sur la base des nouveaux tarifs (35 euros/mois le 512 Kbits/s et 23 euros le 128 Kbits/s), soit l’offre la moins chère du marché après celle de Free. Aucune durée d’engagement ne sera imposée mais des frais seront exigés pour tout désabonnement anticipé avant 12 mois. Le modem sera prêté contre un dépôt de garantie : 180 euros pour l’Efficient Network SpeedStream 5200R (qui fait office de routeur et pare-feu) et 80 euros pour le Sagem 800. Malgré ses déboires, NetPratique maintient donc son objectif de rester concurrentiel sur un marché en pleine expansion.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur