Neuf Music : un service de téléchargement illimité au goût de licence globale

Cloud

Neuf Cegetel ouvre le catalogue musical d’Universal Music à ses abonnés haut
débit pour une poignée d’euros.

Neuf Cegetel a mis fin aux spéculations qui agitaient la toile en fin de semaine dernière en annonçant officiellement le lancement de son service Neuf Music, une offre de téléchargement illimité de musique comme en ont longtemps rêvé les adeptes de la licence globale. L’offre de Neuf Music s’appuie sur le catalogue d’Universal Music.

Deux formules sont proposées aux abonnés haut débit de Neuf Cegetel. Baptisée Neuf Music Initial, la première est incluse dans le forfait 100 % Neufbox à 29,90 euros par mois. Elle permet à l’utilisateur de télécharger de manière illimitée tous les fichiers qu’il souhaite mais limités dans l’un des neuf genres musicaux proposés (Variété Française, Rap et R’NB, Classique, Pop, etc.). Un choix cornélien à effectuer lors de la première connexion au service.

L’iPod et Sony exclus

La seconde formule, Neuf Music Optimal, est payante. Pour moins de 5 euros par mois, elle donne accès à l’intégralité du catalogue numérique d’Universal Music, y compris les clips vidéo. Soit plus de 150 000 titres et environ 3 000 vidéos. On reste loin des 5 millions de chansons disponibles sur iTunes.

Si le téléchargement est illimité, les fichiers n’en sont pas moins protégés par les technologies DRM (digital right management ou gestion de droits numériques) de Microsoft dont il faudra user du lecteur Windows Media pour écouter les chansons. Celles-ci peuvent être téléchargées sur 3 PC différents et sont transférables sur des baladeurs numériques et autres téléphones portables. A condition qu’ils soient équipés de la technologie DRM de Microsoft. Ce qui exclut l’iPod d’Apple, le baladeur numérique le plus utilisé sur la planète, mais aussi les produits Sony.

D’autre part, les fichiers musicaux restent indéfiniment lisibles tant que l’abonné renouvelle son abonnement. Auquel cas, il “perdra” toute sa musique. Le service impose d’ailleurs une connexion mensuelle au minimum afin de renouveler les licences d’utilisation, y compris pour les lecteurs numériques. De ce point de vue, Neuf Music est comparable au service “Ecoutes illimitées” de MusicMe qui, pour moins de 10 euros mensuel, donne accès à près d’un million de titres musicaux.

Lutter contre le piratage

A travers cette offre, Neuf Cegetel entend élargir sa gamme de services, notamment en direction des plus jeunes, pour augmenter ou consolider ses parts de marché évaluées à 20 % avec plus de 3 millions de clients ADSL. L’opérateur entend également apporter « une première solution concrète aux problèmes posés par le piratage », précise-t-il dans le communiqué. Un problème évoqué le 25 juillet dernier lors du Conseil des ministres du nouveau gouvernement de Nicolas Sarkozy.

L’offre de Neuf n’est pas sans rappeler le principe de la licence globale défendue par ses adeptes (de gauche comme de droite) lors des débats sur la DADVSI et qui consiste à légaliser les échanges de fichiers musicaux contre une rémunération forfaitaire (l’équivalent d’une redevance audiovisuelle de l’Internet). Il est ainsi paradoxal que Neuf Cegetel s’associe à une major de la musique qui a pesé de tout son poids contre la mise en oeuvre du principe de la licence globale.

Mais le numéro 1 mondial de la musique semble revenir sur sa stratégie et se cherche d’autres sources de revenus pour compenser la chute des ventes de CD et accélérer l’usage de la distribution numérique. Outre l’offre de Neuf, Universal Music devrait alimenter SpiralFrog, un site de diffusion gratuite de musique qui s’appuie sur les revenus publicitaires. D’autre part, la filiale musicale de Vivendi a annoncé une expérimentation visant à commercialiser ses chansons au format MP3, exempts de DRM. L’offre de Neuf Cegetel entre dans cette nouvelle stratégie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur