Neuf Télécom met le cap vers les 6 Mbit/s et la télévision sur ADSL

Mobilité

Neuf Télécom devrait prochainement se montrer encore plus incisif sur le très haut débit. Il promet du 25 mégabits pour 2005. L’opérateur alternatif compte développer sa propre offre de télévision par ADSL.

“Nous n’avons pas d’annonce spectaculaire à faire aujourd’hui.” C’est dommage. Jacques Veyrat, le directeur général de Neuf Télécom, n’aura donc pas profité de la présentation des résultats financiers pour le premier semestre 2004 du groupe pour lancer de nouvelles offres ADSL. Celles-ci arriveront plus tard. Dans la dernière quinzaine du mois d’octobre, le fournisseur d’accès devrait proposer un forfait très haut débit, autour de 6 mégabits en réception pour 512 K/bits en émission sur les zones dégroupées.

Les abonnés à l’actuel forfait 2 Mbit/s à moins de 30 euros devraient figurer parmi les premiers bénéficiaires, tout comme ceux qui, abonnés au forfait 512 Kbit/s, ont bénéficié courant août du doublement des débits sans modification tarifaire. Le mégabit à moins de 15 euros est, depuis, proposé à tout nouvel arrivé. “Sans frais de résiliation”, insiste le directeur général. Une façon de se distinguer des offres concurrentes. Rappelons cependant que les forfaits de Neuf Télécom sont soumis à la présélection téléphonique (auquel cas la facture s’alourdit de 5 euros) et valables douze mois. Au delà, les tarifs pourraient augmenter de 5 euros. Et la NeufBox, le modem maison, est proposé à la location pour 2 euros mensuel.

L’offre 6 mégabits de l’opérateur arrivera quasiment deux mois après celles d’AOL (voir édition du 9 août 2004) et Free (voir édition du 24 août 2004). “Nous aurions pu débrider notre réseau un peu plus tôt”, se justifie Jacques Veyrat, “mais nous n’avons pas le même angle d’approche [que nos concurrents, NDLR] par rapport à l’augmentation des débits.” Neuf Télécom peaufinait une offre de télévision sur ADSL propre qui sera composée, dans un premier temps, d’une quarantaine de chaînes numériques. Pour en bénéficier, il faudra relier, en plus de la Neufbox, une set top box (décodeur audiovisuel) au téléviseur familial. Ce décodeur supplémentaire est annoncé comme compatible avec la future TNT (Télévision Numérique Terrestre). Un atout qui permet à Neuf Télécom de se distinguer des offres concurrentes TPS-L et, surtout, de Free. Selon une étude de juin 2004 de Panel On The Web, 62 % des internautes se déclarent intéressés par les offres de télévision par ADSL. Après la téléphonie, la télévision en ligne s’avère donc un marché pertinent et un moyen pour Neuf Télécom de multiplier ses services.

40 chaînes de télévision

Ceux-là continueront de s’enrichir à l’avenir avec l’arrivée de l’ADSL2+. Cette technologie, qui nécessite de nouveaux DSLAM (les concentrateurs des lignes ADSL) et le renouvellement des modems, offrira jusqu’à 25 Mbit/s en réception et “entre 1 et 2 mégabits en émission”, avance Serge Sch?n, le directeur général adjoint de l’opérateur. De telles capacités seront évidemment réservées aux abonnés éligibles au réseau dégroupé de l’opérateur et les performances baisseront avec l’augmentation de la distance qui sépare l’abonné du DSLAM. Au risque de créer une nouvelle fracture numérique entre hauts débits et ultra hauts débits (UHD). “Nous pensons que beaucoup de lignes aujourd’hui éligibles au 2 mégabits seront compatibles”, relativise Jacques Veyrat. Les premières offres ADSL2+ devraient arriver “d’ici 6 à 8 mois”, selon le dirigeant, “nous commençons à déployer les nouveaux DSLAM”. Début 2005, ces UHD devraient s’accompagner de nouveaux services comme la diffusion simultanée de plusieurs chaînes de télévision ou des programmes en haute définition, de plusieurs numéros de téléphone derrière un unique abonnement téléphonique ou encore d’une messagerie vidéo de haute qualité.

Pour l’heure, le groupe Neuf Télécom revendique 500 000 lignes dégroupées dont 200 000 dédiées aux abonnés de l’opérateur, le reste étant opérée pour comptes de tiers (Club-Internet, Tele2, La Poste, etc.). Et à raison de 15 à 20 000 lignes dégroupées par semaine, Neuf Télécom compte atteindre les 700 000 avant la fin de l’année. Aujourd’hui, le FAI recense 300 000 abonnés ADSL. A raison de 30 000 nouveaux comptes par mois en moyenne, “nous visons la 3e place pour la fin de l’année avec 400 000 abonnés”, prédit Jacques Veyrat. Derrière Wanadoo et Free, donc. Quant au dégroupage total (qui permet de rompre totalement les liens avec France Télécom), il rencontre des difficultés opérationnelles et un modèle économique encore incertain. Du coup, la promotion de cette offre n’est plus à l’ordre du jour. “Le dégroupage total est certainement l’avenir mais il reste de nombreuses de choses à régler pour satisfaire les clients et assurer la portabilité du numéro”, avoue Jacques Veyrat, “l’offre est remisée en deuxième page.” Neuf Télécom revendique tout de même 15 000 clients totalement dégroupés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur