NeufTélécom se lance dans le dégroupage total pour les particuliers

Mobilité

Pour une trentaine d’euros, le client de NeufTélécom bénéficiera d’une liaison très haut débit et du téléphone. Une offre qui s’affranchit des 13 euros d’abonnement reversés mensuellement à l’opérateur historique.

Fini l’abonnement à France Télécom. Prochainement, les internautes pourront s’affranchir des 13 euros mensuels versés à l’opérateur historique pour la location de la ligne téléphonique. Le groupe Neuf Télécom (ex LDCom) lance, à partir de juin 2004, une offre combinant l’accès Internet et la téléphonie (voix sur IP) dans le cadre du dégroupage total. Autrement dit, la ligne téléphonique de l’abonnée est directement prise en charge par l’opérateur alternatif qui se positionne ainsi en interlocuteur unique, que se soit pour la facture ou la maintenance technique. Pour 29,90 euros par mois, le souscripteur bénéficiera d’une connexion ADSL à 2 mégabits, 5 heures de communications téléphoniques vers les postes fixes, d’un service de messagerie, et d’un antivirus. L’abonné pourra conserver son numéro de téléphone (le service de “portabilité” sera disponible à partir de septembre 2004) et bénéficier d’un second numéro. Le client devra cependant ajouter 2 euros de location pour la NeufBox, le modem dédié pour bénéficier des services de l’opérateur et notamment des offres de télévision sur ADSL (voir notamment édition du 11 mars 2004). “Nous préférons proposer le boîtier en location car il est susceptible d’évoluer techniquement, notamment vers une version avec disque dur”, explique Serge Sch?n, directeur général adjoint. Louée, la NeufBox serait plus facilement remplaçable que si elle est définitivement acquise. Une offre similaire à 19,90 euros sera également proposée pour du 512 Kbit/s.

1 million d’abonnés en 2006

L’offre est évidemment intrinsèquement liée au dégroupage. Lequel se développe quasiment de manière exponentielle. “L’idée est d’augmenter la capillarité du réseau”, avance Michel Paulin, responsable de la division réseau du groupe. A la fin de l’année, le réseau de NeufTélécom se déploiera sur 150 villes et devrait être interconnecté sur 90 % des équipements de France Télécom. Le réseau dégroupé sera alors accessible par 80 % de la population Internet (dont deux tiers des entreprises). Après le lancement d’offres très compétitives (l’ADSL 512 Kbit/s à 15 euros ou le 2 048 à 25 euros avec la présélection téléphonique), NeufTélécom poursuit donc son offensive sur le marché du grand public. Le groupe revendique 160 000 abonnés ADSL en mars 2004 et enregistre 30 000 nouveaux clients par mois. L’objectif est d’atteindre le million de clients particuliers courant 2006 et 2 millions de lignes dégroupées (contre 270 000 aujourd’hui). Sur ce million d’abonnés “nous pensons que 80 à 90 % seront équipés de NeufBox”, estime Serge Sch?n, “dont les deux tiers en dégroupage total.”

NeufTélécom n’est pas le premier à se lancer sur le dégroupage total pour le particulier. Avec Alice, Telecom Italia propose également de prendre en charge la ligne téléphonique du client (voir édition du 24 mars 2004). Mais alors que l’opérateur italien limite, pour le moment, son offre que sur quelques grandes agglomérations, NeufTélécom vise à couvrir le territoire entier. “Notre objectif est de créer une véritable alternative à France Télécom”, précise Jacques Veyrat, le directeur général. Il compte notamment beaucoup sur le marché du grand public haut débit en croissance forte et se veut confiant sur la qualité de l’offre en dégroupage total. Celle-ci est effectivement proposée aux entreprises depuis septembre 2003. “L’idée”, confie l’un des responsable du groupe, “est d’aller vers une offre d’accès Internet et de téléphonie illimitée de manière forfaitaire.” Le marché y viendra sûrement mais personne n’est pour le moment en mesure de dire quand.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur