Neutralité Internet : Barack Obama veut marquer les esprits

Régulations
barack-obama-neutralite-internet

Dans une déclaration officielle, Barack Obama affiche ses convictions à propos d’un Internet “libre et ouvert” face aux coups donnés susceptibles d’ébranler la neutralité de l’Internet.

Barack Obama prône un “Internet libre et ouvert”. Pour quelle(s) raison(s) le président des Etats-Unis réitère son engagement vis-à-vis du respect de la neutralité Internet ? Un volontarisme qu’il affiche de manière très officielle et qui l’aurait animé depuis qu’il est candidat dans la course à la Maison Blanche, souligne-t-il dans une déclaration diffusée dans la journée de mardi.

“Un Internet ouvert est essentiel à l’économie américaine et cela s’accentue dans notre vie au quotidien”, déclare Barack Obama dans une déclaration disponible sur le site de la Maison-Blanche. Le président des Etats-Unis demande à son administration – et à la FCC – en premier lieu d’ériger les règles “les plus fortes possible” pour protéger la neutralité Internet.

“Nous ne pouvons pas laisser les fournisseurs de services Internet mettre des obstacles sur les meilleures connexions et déterminer qui sont les gagnants et les perdants sur les places de marché pour délivrer ses services et des idées.”

Tout en poursuivant : “Ni les câblo-opérateurs ni les opérateurs télécoms ne devraient se comporter comme des gardiens de passerelle, en restreignant ce qu’il est possible de voir ou de faire sur Internet.”

Dans le collimateur de la Maison-Blanche, on trouve certains accords passés entre des fournisseurs d’accès Internet et Netflix afin que les clients finaux du service de vidéos à la demande par abonnement (SVoD) dispose d’une connexion confortable pour le visionnage.

Une vision qui a donné lieu à une bataille judiciaire qui a été perdue par la FCC et qui a prêté à polémique outre-Atlantique car elle ébranlait la neutralité Internet. La FFC avait commencé à ré-orienter son approche malgré l’opposition de groupes Internet comme Microsoft, Google et Facebook qui ont intérêt à éviter des éventuels droits d’entrée sur les réseaux des opérateurs en fonction de la bande passante consommée.

Au nom de la neutralité Internet, Barack Obama en appelle à quatre principes : pas de blocage (“No blocking”), pas de système de priorité des accès selon la volonté du FAI (“no throttling”) pour favoriser des contenus ou des services par rapport à d’autres, une transparence accrue (“Increased transparency”) et pas de système favorisant un modèle économique qui viserait un traitement privilégié en fonction du prix que le service Internet paie à l’opérateur (“No paid prioritization”).

Dans sa déclaration, le président des Etats-Unis appelle également la FCC, autorité indépendante de régulation à mi-chemin entre l’ARCEP et l’Autorité de la concurrence en France, à reconsidérer l’Internet haut débit comme un service vital au même titre que l’électricité.

Comment expliquer cette déclaration enflammée en faveur de la neutralité Internet de la part de Barack Obama ? Besoin d’un retour aux sources pour souligner ses convictions et revenir aux ambitions exprimées en 2009 (“imposer le concept de neutralité du Net, contre l’avis des opérateurs réseaux “) ?

S’agit-il d’un signal d’alarme plus opportuniste pour oublier le contexte de défaite politique ? Le camp des démocrates a perdu les élections de mi-mandat. Les républicains sont désormais majoritaires au Sénat et les démocrates ont aussi perdu de l’influence à la Chambre des représentants.

On pourrait également suggérer qu’avec cette intervention bienveillante sur la neutralité Internet, Barack Obama cherche à regagner la confiance des internautes échafaudés par les affaires à répétition concernant la surveillance électronique sur les citoyens exercée par les agences de renseignement américain. Les révélations d’Edward Snowden ayant servi de catalyseur.

Vidéo officielle de la déclaration de Barack Obama (via youTube) :

—-
Quiz : Connaissez-vous l’e-réputation ?

(Crédit photo : Maison Blanche)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur