Nexbit prévoit un smartphone Android disruptif pour le 1er septembre

MobilitéSmartphones
2 6

Le premier smartphone Android de Nextbit devrait être disruptif. C’est du moins l’ambition affichée par les dirigeants de cette start-up qui donnent rendez-vous le 1er septembre prochain.

« Rejoignez le reboot le 1er septembre », peut-on lire sur la page principale du site de Nextbit.

Ses dirigeants, des vétérans issus de Google et HTC, veulent introduire une rupture dans la téléphonie mobile avec leur premier smartphone Android. Dévoilé le 1er septembre prochain, il aura en particulier comme spécificité de s’améliorer au fil du temps grâce à des astuces logicielles.

« Votre téléphone sera plus performant au fil du temps et fonctionnera à un niveau supérieur de performances grâce à cette amélioration du logiciel », précise Nextbit au site CNET.

De quoi surprendre dans un domaine où l’obsolescence d’un terminal mobile se compte souvent en mois.

Si les responsables de Nextbit sont restés évasifs sur les performances et les spécifications du terminal, ils avancent toutefois qu’il résoudra le désagrément lié aux limites de stockage.

A cet égard, la start-up exploitera une technologie cloud pour booster virtuellement le niveau de stockage, permettant ainsi de disposer d’autant d’applications, de photos et de vidéos que désirées.

Une promesse pour le moins séduisante quand on connaît le prix des Go supplémentaires à l’achat et l’absence d’emplacement pour carte microSD sur de nombreux modèles, Nexus compris.

Pour résumer la philosophie qui émane du projet, Mike Chan, directeur technique (CTO) et co-fondateur de Nextbit, déclare : « Nous nous concentrons sur un dispositif qui peut s’adapter à vous. »

Les modèles suivants s’attaqueront à d’autres problèmes clés, tels que l’autonomie, toujours grâce au soft.

Nextbit prévoit de proposer son premier smartphone dans une fourchette de prix compris entre 300 et 400 dollars.

L’annonce et les promesses d’une société encore largement inconnue auraient pu passer complètement inaperçues. Mais voilà, Nextbit est dirigé par des vétérans issus de Google et HTC qui ont contribué à l’essor d’Android chacun à leur manière.

Fondateur et P-DG de Nextbit, Tom Moss était à la tête de la division « Business Development and Partnership » pour Android au sein de Google jusqu’en 2010.

Il a ensuite créé 3LM (start-up acquise par Motorola en 2010) qui fournissait une gestion en entreprise des terminaux mobiles et de la sécurité pour Android.

Mike Chan, co-fondateur et CTO de Nextbit, était développeur pour Android de la version 1.0 à la 3.0 (Honeycomb) puis a rejoint 3LM en tant que directeur de l’ingénierie.

Quant à Scott Croyle, il officie en tant que chef de produit au sein de Nexbit mais s’est illustré auparavant au sein de HTC pour le design des Evo des One M7 et M8.

Nextbit a commencé par proposer des outils logiciels basés sur le cloud permettant de déplacer des fichiers et des paramètres entre terminaux Android. Elle a ainsi généré plusieurs millions de dollars de revenus avec pour client principal l’opérateur mobile japonais NTT Docomo. Elle peut aussi compter sur l’engagement financier de plusieurs fonds, dont Google Ventures.

Si Nextbit veut modifier Android pour l’optimiser et en tirer la quintessence, il ne s’agira pas d’en faire un fork totalement dissocié, comme c’est le cas pour Fire OS d’Amazon. La ROM Android permettra ainsi d’accéder au magasin application Google Play.

Autre caractéristique et non des moindres, Nexbit devrait commercialiser son premier smartphone directement aux internautes, via son site et peut-être quelques distributeurs en ligne majeurs tels qu’Amazon.

Un procédé qui n’est pas sans rappeler celui de Xiaomi ou encore de OnePlus. Reste que Nexbit met les pieds dans un secteur ultra concurrentiel avec précisément des acteurs chinois tels Huawei, ZTE, Xiaomi, Lenovo ou encore Alcatel très présents dans le milieu de gamme.

 

Crédit photo : Nextbit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur