Nokia + Alcatel Lucent : la Commission européenne valide vite

EntrepriseFusions-acquisitionsLégislationRégulationsRéseaux
rajeev-suri-President-CEO-Nokia
3 0

Bruxelles approuve le rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia. Cette consolidation ne devrait pas déstabiliser le marché des équipementiers télécoms et réseaux.

La Commission européenne autorise le projet d’acquisition d’Alcatel-Lucent par Nokia. Le rapprochement entre les deux équipementiers télécoms et réseaux d’origine européenne va désormais s’accélérer.

Il avait été initialement annoncé à la mi-avril puis notifié le 19 juin à Bruxelles.

Cette opération de consolidation « ne poserait pas de problème de concurrence », assure la Commission européenne. Que ce soit dans le domaine des équipements de réseau mobile et des systèmes de réseau de base.

Certes, le nouvel ensemble détiendra une part de marché cumulée d’environ 30 % pour certains produits.

Mais cette position ne devrait pas pour autant déstabiliser les segments de marché concernés de manière structurelle, considère la Commission européenne.

Les deux parties sont complémentaires par leur déploiement géographique mais « les chevauchements entre les activités des deux entreprises sont, dans les faits, limités », analyse Bruxelles dans un communiqué.

Le nouvel ensemble « Nokia-Alcatel-Lucent », qui aurait pesé 25,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2014, vise un taux moyen de croissance annuelle de 3,5 % sur la période 2014-2019, avec un « marché adressable » de 130 milliards d’euros

La concurrence demeure forte dans le secteur avec des groupes comme Ericsson, Huawei, ZTE ou Samsung.

Au passage, la Commission européenne estime que la firme coréenne pourrait jouer un rôle plus important dans les déploiements des réseaux 4G et 5G.

(Crédit photo : Nokia pressroom : Rajeev Suri, CEO de Nokia)

.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur