Nokia revient aux fondamentaux des smartphones Asha

Régulations
Nokia Asha 311 smartphone

Et de trois Asha pour Nokia. Le constructeur finlandais, qui s’est vu subtiliser les rênes de la téléphonie mobile, revient aux fondamentaux et vise les pays émergents pour se refaire une santé.

Abordée à l’automne 2011 sous la bannière Lumia, la tumultueuse aventure Windows Phone n’a pas donné entière satisfaction à Nokia.

Récemment détrôné sur un marché de la téléphonie mobile qu’il dominait depuis 14 ans, le constructeur finlandais diversifie ses champs d’action et initie une contre-offensive à l’appui des smartphones Asha, calés en entrée de gamme.

Coeur de cible de cette entreprise, les contrées émergentes. Une centaine de pays dont la Chine, l’Inde et le Nigeria en verront émerger les fruits, en l’occurrence trois terminaux tous affichés en-deçà des 100 euros TTC.

Conformément au credo instigué  fin février à l’occasion du Mobile World Congress, Nokia vise là le “prochain milliard“, sous-entendu une vaste population de mobinautes en puissance.

Il n’est toutefois par exclu que ce contingent investisse à terme la France. Certains opérateurs et enseignes spécialisées auraient d’ores et déjà manifesté leur intérêt envers ces smartphones alternatifs auxquels la seule échelle tarifaire confère une attractivité certaine.

La configuration matérielle s’en ressent, néanmoins. Les processeurs ARM monocoeur à 1 Ghz sont toujours de mise et la mémoire interne se limite à quelques centaines de mégaoctets.

En témoignent les Asha 305 et 306, respectivement affichés à 89 et 95 euros TTC, investis en qualité de nouvelles vedettes du catalogue pour prendre la suite des 202 et 203.

Ces deux terminaux ont en commun un écran résistif de 3 pouces en 320 x 240 points, un capteur photographique de 2 mégapixels, un emplacement microSD jusqu’à 32 Go et un point fort à leur actif : 14 heures d’autonomie en appel GSM.

Le 305 a cette particularité d’embarquer une double SIM, au détriment d’une connectivité Wi-Fi que n’embarque que le 306.

Au sommet de la hiérarchie, pour 139 euros TTC, l’Asha 311 impose la technologie capacitive multitouch, rehausse l’appareil photo à 3,2 millions de pixels (standard des compacts d’il y a presque dix ans) et soutient 4 heures et demie d’autonomie en communication sur ondes 3G (HSPA à 7,2 Mbit/s).

Perdure un immuable pilier logiciel : le vénérable système d’exploitation S40, qui construit depuis 1999 son histoire dans l’ombre d’un progrès près de laisser Symbian sur la touche.

En quête d’un nouvel élan, Nokia joue la diversification, mais revient là aux fondamentaux qui ont très largement contribué à son règne sur le marché de la téléphonie mobile.

Ci-dessous la vidéo de présentation de l’Asha 311 :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur