Nokia procède à une nouvelle coupe drastique dans ses effectifs

Cloud

Le groupe télécoms finlandais prépare une nouvelle vague de 3500 suppressions de postes. “Un complément” par rapport au “délestage” annoncé en avril (4000 emplois visés).

Nokia approfondit sa cure d’amaigrissement en termes d’effectif.

Dans un contexte de concurrence vivace sur le segment des smarpthones (et plus globalement dans la téléphonie mobile), le fabricant finlandais de terminaux mobiles continue “d’aligner dans la douleur sa main-d’œuvre par rapport à son activité”.

Et cela se traduit par une nouvelle coupe dans les effectifs. Elle affectera 3500 employés, dont 2200 dans le cadre de la fermeture de l’usine de Cluj en Roumanie prévue d’ici la fin de l’année.

Dans son communiqué, Nokia ne cache pas que cet arrêt de la production côté Europe est dûe à la concurrence des unités de production en Asie jugées plus compétitives et plus proches des marchés dynamiques.

1300 autres postes en lien avec des activités commerciales en Allemagne et aux Etats-Unis (Navteq et des services communautaires de géolocalisation) sont également supprimés.

Le groupe veut se concentrer sur les sites de Berlin, Boston et Chicago.

Nokia présente ce plan de réduction massive de postes comme un “complément” à celui annoncé en avril : 4000 emplois supprimés et 3000 postes externalisés (externalisation des ressources Symbian vers Accenture).

L’ensemble des mesures prises pour réduire la main d’œuvre de Nokia devraient être appliquées d’ici fin 2012.

D’ores et déjà, le groupe télécoms n’exclut pas de procéder à d’autres vagues de licenciements dans le courant de l’année prochaine.

Et d’autres usines se retrouvent dans le collimateur : Salo (Finlande), Komaron (Hongrie) et Reynosa (Mexique).

On n’en saura plus sur leur sort à la fin du premier trimestre 2012.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur