Nom de domaine : le duo AFNIC-Core sélectionné pour gérer la future extension .paris

Cloud

L’association française AFNIC et sa consoeur suisse Core ont été retenues pour créer et gérer l’infrastructure technique de l’extension “.paris”. Le dossier soutenu par la Ville de Paris sera bientôt soumis à l’ICANN.

Finalement, ce n’était pas un poisson d’avril. Vous pourrez peut-être posséder des noms de domaine comme “ilove.paris”, “jhabitea.paris” ou encore “vive.paris”.

Après avoir annoncé en juin 2008 son intention de se porter sa candidat à la création d’une extension Internet dédiée “.paris”, la Ville de Paris devrait bientôt passer à l’acte en déposant un dossier dans ce sens auprès de l’ICANN, organisme international en charge du nommage Internet.

Pour justifier sa démarche, le Conseil de Paris explique qu’il souhaite“renforcer l’image de Paris, valoriser ses investissements et les acteurs économiques locaux et, par ailleurs s’assurer de la bonne gestion d’une nouvelle extension Internet”.

Il est en outre précisé que “la mise en place de cette nouvelle extension dans l’intérêt collectif se situe dans le prolongement de la politique de développement et d’innovation menée par la Ville en matière d’infrastructures et de services numériques.”

Dans ce processus, une nouvelle étape vient d’être franchi le 29 septembre. Après avoir lancé un appel d’offres au mois de juin, la Capitale a annoncé avoir retenu le groupement franco-suisse AFNIC/Core pour l’accompagner dans la constitution de son dossier de candidature pour l’obtention de l’extension convoitée auprès de l’ICANN et pour assurer la gestion technique.

Selon un document du Conseil de Paris, l’offre AFNIC/Core était la plus “avantageuse” pour la Ville après examen des dossiers.“Elle est techniquement solide, comporte le business plan le plus favorable à la Ville et présente l’avantage déterminant d’être portée par une équipe francophone localisée en région parisienne”, stipule le document.

Pour l’heure, les services du maire de Paris n’ont pas dévoilé plus de détails sur ce projet qui devrait se concrétiser entre 2010 et 2011.

Toute entreprise ou tout particulier pourra alors enregistrer un domaine moyennant quelques dizaines d’euros par an. Dès lors, on peut imaginer qu’un réseau de sites internet labellisés “.paris” voit le jour si l’ICANN valide le dossier parisien.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur