Noms de domaine : New.net s’attaque à l’Europe

Mobilité

New.net propose dix nouveaux suffixes qui viennent s’ajouter aux vingt noms de domaine de premier niveau qu’ils proposait déjà. De plus, la société, qui agit à l’encontre de l’Icann, débarque en Europe alors même que débutent les enregistrements des “.biz”. Heu… c’est quoi l’adresse de ton site déjà ?

Pas de problème pour New.net ! Dans son petit coin, la société américaine a débuté en mars dernier l’enregistrement de nouveaux noms de domaine génériques de premier niveau (gTLD) (voir édition du 6 mars 2001). Elle profite de l’engorgement des “.com”, “.org” et autres “.net”… et de la publicité autour de leur saturation suite à l’ouverture par l’Icann de nouveaux gTLD. Pour autant, elle ne passe pas par l’intermédiaire de la vénérable structure chargée d’administrer les adresses Internet. Ce qui ne l’empêche pas de proposer vingt gTLD : “.chat”, “.gmbh”, “.ltd”, “.sport”, “.club”, “.hola”, “.med”, “.tech”, “.family”, “.inc”, “.mp3”, “.free”, “.shop”, “.video”, “.game”, “.law”, “.soc”. Et New.net d’annoncer cette semaine l’arrivée de 10 petits nouveaux : “.arts”, “.school”, “.church”, “.love”, “.golf”, “.auction”, “.agent”, “.llp”, “.llc” and “.scifi”. Et hop !

Pour accéder à cette ribambelle de nouveaux suffixes, le principe reste le même : soit votre fournisseur d’accès a passé un accord avec la société, soit vous devez avoir installé un petit logiciel distribué gratuitement. Sinon vous ne parviendrez jamais à l’adresse indiquée. Certes le système fonctionne, mais comment fera-t-on quand dix sociétés différentes proposeront des “.tech”, par exemple ? Et quelle légitimité pour les adresses enregistrées chez New.net (25 dollars par an, soit environ 190 francs) ? Le société ne paraît pas se poser trop de questions et poursuit son expansion avec ces dix nouveaux petits noms tout en s’installant en Europe. Elle annonce en effet l’ouverture d’un bureau à Londres et la signature d’un accord avec Energis Squared, une société anglaise fournissant des solutions télécoms et e-commerce à plusieurs partenaires dont six fournisseurs d’accès en Grande-Bretagne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur