Noos : 15 euros pour l’Internet illimité à 64 kbits/s

Mobilité

Le câblo-opérateur Noos lance une offre d’accès Internet illimité en bas débit (64 Kbits/s) pour 15 euros par mois, location du modem incluse. Cette offre s’adresse aux nouveaux venus qui se seront inscrits entre le 7 mars et le 30 avril 2002. Une inscription qui les engage pour douze mois.

Le câblo-opérateur Noos lancera, à partir du 7 mars, une nouvelle offre Primo d’accès Internet : un accès illimité pour 15 euros par mois mais à 64 Kbits/s en voie descendante et 40 Kbits/s en voix montante. Soit à peu prêt l’équivalent des débits offerts par Numéris, sans le coût des communications et location du modem incluse. Bien sûr, on est loin des 512 Kbits/s de l’ADSL ou du câble. En réalité, cette offre n’est pas tout à fait nouvelle. Noosnet Primo avait été lancé à l’automne 2001 au prix de 190 francs soit 29 euros (voir édition du 11 octobre 2001). L’offre Primo voit donc son tarif divisé quasiment par deux.

Noos profite effectivement de l’absence, à ce jour, de solution pour l’Internet forfaitaire illimité (IFI) à moins de 200 francs par mois. Promis en début d’année 2001 par l’ART et le Premier ministre, l’IFI devait être techniquement disponible pour la rentrée 2001. Il le sera quelques mois plus tard mais à des tarifs jugés trop élevés par les opérateurs alternatifs (voir édition du 21 décembre 2001). Résultat, aucune offre en direction du grand public n’émerge. Et l’Internet bas débit illimité à 200 francs (30 euros) n’intéresse personne selon les FAI. S’appuyant sur ce constat, Noos profite de son infrastructure pour proposer une formule équivalente d’Internet illimité à moins de 100 francs (15 euros).

Une expérience pilote

Seulement, pour en bénéficier, il faudra y souscrire entre le 7 mars et le 30 avril 2002. Autant dire que c’est raté pour les abonnés Primo actuels qui ne bénéficieront donc pas de ce tarif préférentiel puisqu’il faudrait qu’ils se désabonnent pour se réabonner, action que le préavis de deux mois leur interdit. De plus, l’offre est limitée à douze mois, non reconductibles (pour le moment). Enfin, pour des raisons techniques, Primo est réservé à Paris et sa banlieue. “Cette offre va nous permettre de vérifier si le forfait illimité à 15 euros est un déclic”, explique une porte-parole de Noos, “cela nous permettra de voir comment réagit le marché”. Noosnet Primo déclencheur d’une émulation du marché sur l’illimité bas débit ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite. Mais les restrictions de Primo risquent de ne pas faire beaucoup d’ombre aux concurrents.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur