Nortel France serait dans une “perspective d’une sortie de crise”

Cloud

L’intervention de Christian Estrosi a permis de relancer les négociations entre administrateurs et salariés grévistes à propos des indemnités.

Christian Estrosi s’implique dans le dossier Nortel France pour éviter les débordements.

On était déjà au bord du gouffre avec des salariés grévistes qui étaient prêts à faire exploser les locaux du site de Nortel France à Châteaufort (Essonne). Le ministre chargé de l’Industrie assure que le principe de la signature d’un protocole de sortie de crise pour Nortel “est acquis”.

Pour débloquer la situation, Christian Estrosi avait accepté d’organiser une réunion avec les administrateurs judiciaires et les représentants des salariés de Nortel France SA qui s’est prolongé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le représentant du gouvernement a assuré que l’activité du site sera ainsi poursuivie, “au moins jusqu’à la date de clôture des offres de reprise fixée au 16 août prochain”. Il a également indiqué dans un communiqué de presse que les salariés licenciés seront indemnisés “sur la base d’un critère négocié ” et qui sera annoncé lors de la signature de l’accord.

Du côté des salariés grévistes, on se déclare prêt “à une perspective de sortie de crise”. “Les négociations sont à nouveau ouvertes, on repart sur de bonnes bases”, s’est félicité Farid Bazizi, représentant des salariés, cité par Le Parisien. Mais la grève est maintenue.

467 salariés sur un total de 680 chez Nortel Networks SA sont affectés par le plan social dans un contexte de liquidation judiciaire. Et les investisseurs ou groupes industriels ont jusqu’au 16 août pour déposer des offres de reprise. Christian Estrosi assure qu’il existe des candidats potentiels dans ce sens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur