Gamme Norton 2013 : Symantec surveille le cloud et les réseaux sociaux

Mobilité
Norton 2013 Symantec

Avec le rafraîchissement des solutions Norton, Symantec met l’accent sur la protection de l’environnement Windows 8 et sur une vigilance accrue vis-à-vis des réseaux sociaux.

Au nom d’une harmonisation de ses services autour du cloud, Symantec met à niveau toutes les composantes de son écosystème Norton, de l’antivirus au pack 360, en passant par la solution Internet Security.

Inscrits dans la continuité d’une version 2012 qui mettait l’accent sur la sécurisation des données au-delà du poste de travail (de l’infrastructure à l’information), les efforts se sont concentrés sur les réseaux sociaux.

Fils d’actualité, messages privés, liens hypertexte suspects : autant de portes ouvertes aux escroqueries (scams) qui font désormais l’objet d’une analyse approfondie, en premier lieu sur Facebook.

Cette nouvelle pierre angulaire de la lutte anti-malware fait écho au Norton Cybercrime Report, un rapport annuel par lequel Symantec a démontré que sur les 12 derniers mois, 15% des internautes inscrits sur des réseaux sociaux auraient vu au moins un de leurs profils détournés.

L’on note en outre une compatibilité avérée avec Windows 8 et une protection adaptée aux applications liées à la nouvelle interface graphique (ex-Metro).

Symantec avait laissé entrevoir ses travaux en ce sens  en mai dernier avec la publication de version bêtas de ses produits Norton.

D’une version à l’autre, demeure cette articulation autour du cloud.

Toutes les machines équipées d’une solution Norton communiquent avec un serveur central pour alimenter une base de réputation.

Quotidiennement enrichie de plusieurs dizaines de milliers de signatures en complément aux quelques milliards d’éléments déjà répertoriés, celle-ci permet de mieux cerner les menaces, avec des délais moindres.

Elle est adressée, à intervalle régulier, à tous les postes de travail, en plus des mises à jour traditionnelles.

L’analyse des paquets logiciels avant, pendant et des suites de leur installation en est d’autant plus efficace, tout en minimisant les risques de faux positifs.

Toujours de la partie, la technologie AutoFix – par laquelle Norton résorbe lui-même ses maux – s’adjoint à la sauvegarde en ligne des données (25 Go d’espace disque virtuel) et des mots de passe (Identity Safe).

Une nouveauté : Early Launch of ANti-Malware (ELAM), un outil qui repère les rootkits au démarrage pour prévenir leur exécution.

Les tarifs TTC restent inchangés : 39,99 euros par an pour l’antivirus ; 69,99 euros pour Internet Security ; 79,99 euros la solution Norton 360.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur