Nouvel appel à la grève des internautes

Régulations

L’ADIM, association des internautes mécontents, appelle à une deuxième grève des connexions le 31 janvier pour protester contre les tarifs de France Télécom.

Déçus par les conclusions d’une réunion tenue avec France Télécom le 5 janvier dernier, l’ADIM et plusieurs mouvements solidaires ont décidé de lancer un nouvel appel à la grève en faveur d’une baisse des tarifs téléphoniques de connexion à Internet. L’opération “Modems en berne de 0 à 24h !” invite les internautes à ne pas se connecter durant la journée du 31 janvier. Sur son site, l’ADIM explique n’être satisfaite ni par les réponses directes de France Télécom à ses propositions, ni par l’orientation générale de l’opérateur public en matière d’Internet. Parmi les revendications évoquées avec les représentants de France Télécom le 5 janvier figurent l’extension de la réduction Primaliste et la création d’un forfait Internet. Actuellement, le service Primaliste de France Télécom permet aux internautes de se connecter avec 50% de réduction sur le tarif habituel. Seul problème, l’offre qui coûte 10 francs par mois n’est valable que de 22h à 8 heures du matin. L’ADIM réclame une extension de la réduction à une heure plus accessible, soit 18 ou 19 heures. Le week-end en entier pourrait être intégré dans cette nouvelle offre. En outre, l’association revendique un forfait mensuel de 200 francs pour une connexion illimitée. Pour les gros consommateurs, cette prestation obligerait France Télécom à facturer ses communications en dessous de ses propres coûts de fonctionnements. Ce à quoi l’opérateur se refuse. Et même s’il s’y résignait, l’Autorité de Régulation des Télécommunications voire la Commission de Bruxelles pourraient s’y opposer afin de ne pas défavoriser les opérateurs concurrents. Pour trouver une issue, France Télécom envisagerait la création d’un forfait qui ramènerait aux environs de 5 francs le coût de l’heure de connexion utilisable uniquement à partir de 18 heures et le week-end. Insatisfaite, l’ADIM a décidé de rééditer la grève qui s’était déroulée le 13 décembre 1998, et qui avait entraîné 10% de baisse de connexions d’après les chiffres de France Télécom. Le bilan de l’association fait état de 50 à 90% de grévistes selon les fournisseurs d’accès. Dans son sillage, l’ADIM bénéficie du soutien implicite de personnalités politiques comme Laurent Fabius, qui renouvelait il y a peu son engagement pour un forfait de 100 F incluant 100 heures de connexion par mois (voir actualités du10 janvier).Pour en savoir plus : http://adim.citeweb.net/.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur