Nouvel SFR : le comité central d’entreprise désapprouve la ré-organisation

Mobilité

Pour les représentants des salariés, le plan de départs volontaires est plutôt destiné à “améliorer le résultat” qu’à “sauvegarder la compétitivité”.

La ré-organisation provoquée par le rapprochement entre SFR et Neuf Cegetel donnant naissance au “nouvel SFR” provoque quelques remous en interne. Ainsi, à la présentation de la nouvelle structure lundi dernier (29 septembre), Frank Esser, PDG de SFR, a confirmé qu’un plan de départs volontaires portant sur 450 postes allait être initié après consultation du comité d’entreprise central.

Mais, lors d’une réunion extraordinaire en date du 26 septembre, le comité central d’entreprise (CCE) avait émis un avis défavorable au projet de ré-organisation dit “Nouvel SFR”. Une résolution adoptée par dix représentants du CCE (avec deux absentions et un non votant).

Quelles sont les raisons mises en avant pour justifier cette désapprobation ? “Le projet de suppressions de postes n’a pas vocation à permettre à SFR de financer ses investissements futurs dans la fibre optique et la 4G-LTE.”

Sacrifice et profitabilité

Le CCE estime également que les “conséquences sociales (…) ne correspondent pas à un besoin de sauvegarde de la compétitivité et de pérénnité de l’entreprise, mais à un objectif d’amélioration des résultats.”

Tout en indiquant que “le groupe SFR-Neuf Cegetel fait déjà partie des opérateurs les plus profitables au niveau européen”. Avant ce rapprochement, le CCE considérait déjà SFR comme “une des entreprises les plus profitables de France”.

Même en évoquant un plan de départs volontaires, la vision de la direction de SFR ne passe pas. “Le CCE déplore que, pour la recherche d’un accroissement marginal de profitabilité, le groupe procède au sacrifice de 450 postes, c’est à dire l’équivalent de 800 collaborateurs.”

Néanmoins, les représentants des salariés admettent une “qualité des informations sociales qui s’est améliorée” et se félicitent des “avancées obtenues par les instances de SFR et Neuf-Cegetel” en termes de conditions d’accompagnement.

Recours à la fusion SFR-Neuf : UFC-Que Choisir lâche le dossier
Selon La Tribune, UFC-Que Choisir a renoncé à son recours contre la fusion entre les deux opérateurs SFR et Neuf-Cegetel. Début juillet, l’association de défense des consommateurs avait saisi le Conseil d’Etat, craignant la création d’un duopole dans les télécoms et dans la télévision payante.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur