Nouvelle dénomination des Athlon chez AMD

Mobilité

AMD s’apprêterait à renommer ses processeurs Athlon pour mieux coller aux fréquences affichées par le Pentium 4 du concurrent Intel. Les Athlon perdraient la mention de la fréquence de l’horloge au profit de la puissance dégagée et comparée aux performances du P4. Si AMD France se refuse à tout commentaire, la société confirme travailler sur le sujet pour préparer la sortie du Palomino prévue en octobre. Après la guerre des fréquences, puis celle des prix, la guerre des noms ?

Athlon 1500+, 1700+… Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle génération d’Athlon mais bien de ceux déjà présents sur le marché. A défaut de concurrencer Intel sur la fréquence des processeurs, AMD espère atteindre les Pentium 4 par le nom commercial de ses produits. Plus précisément, selon notre confrère américain Cnet, le fondeur de Sunnyvale renommerait ses puces en fonction des performances et non plus de la fréquence. Ainsi, l’Athlon 1,33 GHz deviendrait l’Athlon 1500+, le 1,4 GHz s’intitulera l’Athlon 1600, etc. Cette dénomination sous-entend bien sûr que l’Athlon 1,33 est aussi puissant qu’un P4 à 1,5 GHz. Mieux, selon InfoWorld, le processeur principal d’AMD s’intitulera Athlon XP, rappelant ainsi la compatibilité avec un certain système d’exploitation qui doit sortir en boîte fin octobre. Bref, coller au plus près des fréquences affichées par les P4 semble donc être la nouvelle stratégie commerciale de l’architecte de l’Athlon. Chez AMD France, un porte-parole se refuse à tout commentaire sur “ces fuites qui ne reflètent en rien la réalité” (sic). “Nous y travaillons encore et ne pouvons rien déclarer pour le moment.”

L’objectif est bien sûr de contrer l’idée que les P4 sont plus puissants parce qu’ils ont une fréquence d’horloge plus élevée. “C’est une imposture à la fréquence”, affirme le porte-parole d’AMD. “AMD sait aussi fabriquer des processeurs à fréquence élevée. Mais ce qui compte, c’est le nombre d’instructions traitées par cycle d’horloge et non pas uniquement la vitesse de l’horloge.” D’où l’idée d’adopter le P-Rating pour rapprocher les processeurs des deux fondeurs selon leur puissance réelle. Pourquoi, dans ce cas, avoir attendu le P4 pour adopter cette stratégie ? “Parce que la comparaison des processeurs sur la base de la fréquence avait un sens lorsqu’ils partageaient la même architecture”, répond le correspondant d’AMD. Ce qui n’est plus le cas depuis l’introduction de l’architecture NetBurst sur le P4.

Un pari risqué

Certes, AMD n’a peut-être pas le choix s’il veut rester dans la course commerciale face à Intel, qui se donne les moyens de livrer une guerre des prix sans merci. Mais si l’information se confirme, AMD prend le risque d’embrouiller l’esprit du consommateur qui sera en droit de se demander si on abuse ou pas de sa crédulité. Pourquoi affubler un processeur d’un nom censé faire référence à une fréquence d’horloge qu’il n’atteint pas ? Telle est la question que pourrait se poser le futur consommateur. Rappelons que Cyrix, avant d’être racheté par VIA Technologies, avait adopté la stratégie du P-Rating, ce qui ne lui avait pas réussi (mais pour d’autres raisons). L’arrivée en octobre prochain d’un Athlon XP 1800+, ou un Athlon desktop à 1,53 GHz sur coeur Palomino, confirmera, ou non, cette nouvelle stratégie marketing.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur