Nouvelle offensive de la RIAA contre le P2P

Cloud

Aux Etats-Unis, l’association représentant les intérêts des majors de la musique a intenté 761 nouveaux procès dans les milieux universitaires.

La Recording Industry Association of America (RIAA) continue son approche répressive de la question des échanges de musique sur les réseaux peer-to-peer (P2P) en engageant 761 nouveaux procès pour violation de copyrights. Toutes comme les précédentes actions en justice menées par l’association, cette campagne se concentre sur le partage illégal de fichiers dans les universités américaines.

Trente-cinq des procès intentés au nom des principales maisons de disques concernent des individus utilisant une connexion Internet universitaire pour distribuer des fichiers musicaux sur des services P2P non autorisés, parmi lesquels eDonkey, Limewire et Kazaa. De nombreuses universités sont concernées : American University, Amherst College, Assumption College, Boston College, Boston University, Bridgewater State College, Emerson College, Iowa State University, James Madison University, Mount Holyoke College, Northeastern University et University of Massachusetts.

Les procès, des outils pédagogiques“Au cours de l’automne, nous avons vu fleurir de nouveaux accords entre les écoles et les fournisseurs de musique en ligne légaux”, a indiqué Cary Sherman, le président de la RIAA. “Les procès sont des outils pédagogiques essentiels. Ils rappellent la loi aux amateurs de musique et incitent les responsables d’universités à proposer des alternatives légales”, a-t-il ajouté. “Les étudiants en universités sont parmi les plus grands fans de musique. Ils sont susceptibles de garder tout au long de leur vie les habitudes qu’ils acquièrent actuellement . Il est particulièrement important pour nous de les éduquer vis-à-vis de la loi et du tort causé aux artistes, aux labels et aux revendeurs lorsque l’on vole de la musique.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur