Nouvelle offre de Bouygues sur SFR : Vivendi tempère

Régulations
sfr-bouygues-vivendi-numericable

Les négociations exclusives avec Altice-Numericable continuent pour une période de trois semaines, a fait savoir Vivendi après avoir reçu la nouvelle offre de Bouygues qui surenchérit pour le contrôle de SFR.

La nouvelle offre de Bouygues pour racheter SFR change-t-elle la donne ? Il est encore trop tôt pour le savoir. Bien le groupe de Martin Bouygues ait surenchéri sur SFR en valorisant désormais l’opérateur au carré rouge à hauteur de 17,4 milliards d’euros, le groupe Vivendi garde sa position fixée vendredi dernier. Dans un communiqué de presse laconique, il précise : “Vivendi annonce avoir reçu aujourd’hui une nouvelle offre de Bouygues concernant SFR. Le Groupe rappelle que le Conseil de surveillance a décidé le 14 mars dernier d’entrer en négociations exclusives avec Altice pour une période de trois semaines.”

Néanmoins, la pression s’accentue sur la direction de Vivendi et celle du duo Altice-Numericable privilégié pour reprendre SFR. La nouvelle offre de Bouygues, qui s’appuie sur de nouveaux alliés (CDC, JCDecaux et famille Pinault), porte le montant du cash à 13,15 milliards d’euros (+ 1,85 milliard d’euros par rapport à la précédente proposition). Elle permettrait également à Vivendi de rabaisser sa participation dans la nouvelle configuration capitalistique de SFR et de se désengager plus rapidement.

Sur le front politique, le gouvernement affiche toujours sa détermination pour la voie alternative poussée par le groupe Bouygues. Considérant que la situation fiscale de Patrick Drahi manquerait de transparence. Le propriétaire de la holding Altice (principal actionnaire de Numericable) est un milliardaire franco-israélien qui vit à Genève depuis 15 ans.

Mercredi, 19 mars, lors du point presse après le Conseil des ministres, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a considéré que “ce n’est pas neutre pour les consommateurs de savoir qu’une entreprise comme SFR est susceptible de devenir une entreprise suisse, donc c’est une vraie question qui est posée.” Tout en affirmant que la priorité dans le deal est “l’intérêt des Français”.“Pour l’instant, l’opération n’est pas faite et il faut laisser les discussions se poursuivre sans davantage, me semble-t-il, intervenir”, a considéré  Najat Vallaud-Belkacem.

De son côté, Altice rappelle à l’AFP que  “Numericable est une entreprise française, qui paie ses impôts en France, qui a son siège en France, et est cotée à la Bourse de Paris. Numericable-SFR, comme l’a dit et écrit à plusieurs reprises Patrick Drahi, sera une entreprise française, basée en France, cotée à Paris, qui paiera ses impôts en France”. Une semaine après le démarrage des négociations exclusives Vivendi – Numericable pour le rachat de SFR, la tension demeure palpable dans le secteur télécoms.

Quiz : Connaissez-vous le crowdfunding ?

(Credit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : Lightspring)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur