Nouvelles gammes : évolution en douceur chez Sony

Mobilité

Comme chaque année, Sony a présenté à la presse l’ensemble des produits qui sortiront sur le marché français en 2002. Pas de réelles nouveautés mais des améliorations et enrichissements des Clié et Vaio portables et de bureau.

En parallèle de l’ouverture du Cebit en Allemagne, Sony a présenté mardi 12 mars sa nouvelle collection de produits audiovisuels et informatiques pour 2002. Pas de révolution mais des évolutions, notamment vers les technologies sans fil. L’émergence d’Internet et le phénomène de nomadisme grandissant incitent le constructeur nippon à enrichir ses nouveaux terminaux numériques. A commencer par les Clié : après les PEG-S320 et PEG-N610C présentés en 2001 (voir édition du 26 juin 2001), Sony propose aujourd’hui les PEG-T425 et PEG-T625C. Comme avec les modèles de la génération précédente, écran monochrome pour le premier et couleur pour le second. Sauf que ce n’est pas du noir et blanc qui s’affiche mais du bleu et blanc, un choix qui donnerait presque l’illusion de la couleur. Les deux écrans affichent une résolution de 320 x 320 pixels.

Ces nouveaux modèles présentent peu de nouveautés en soi, notamment par rapport au PEG-N770C commercialisé en France : Palm OS 4.1 pour le système d’exploitation, processeur Dragonball VZ à 33 MHz, 4 Mo de mémoire Flash, 8 Mo de mémoire DRam pour le T425, 16 Mo pour le T625C, flopée d’applications Palm et Sony (bureautique, MP3, image…), port infrarouge, emplacement MemoryStick (128 Mo maximum). Notons que ce dernier sert désormais de slot d’accueil pour modules complémentaires à venir. Le premier d’entre eux est un mini appareil photo numérique qui génère une image de 320 x 240 pixels. Autre amélioration significative, le design. Les Clié sont de plus en plus fins et compacts : 71,8 x 118 mm pour moins de 10 mm d’épaisseur pour le T425 et 12,5 mm pour le T625C, pour respectivement 122 et 138 grammes. Disponibles depuis le mois de février, ils sont respectivement commercialisés à 329 et 549 euros.

Des portables doués pour la communication

Un autre point fort de Sony est la gamme des ordinateurs portables et ultra portables Vaio. Pas moins de huit nouveaux modèles débarquent. Ils intègrent tous un processeur Pentium à l’exception du R600MX qui opte pour un Celeron à 800 MHz. Autres caractéristiques communes, la richesse des interfaces de communication : iLink (IEEE 1394), USB, prises réseau RJ45 et Base T, emplacements MemoryStick et PCMCIA (accueil des modules Wifi et Bluetooth notamment), modem V90 intégré, combo CD-RW/DVD, etc. Nous retiendrons deux gammes. Les trois modèles de la gamme GRX300 qui se distinguent par l’intégration du Pentium 4 mobile, dernière génération de processeur Intel (voir édition du 4 mars 2002) en 1,6 et 1,7 GHz et son écran de 16,1 pouces ! C’est un processeur graphique ATI Mobility Radeon 7500 qui est chargé de traiter l’image d’un format maximal de 1 600 x 1 200 pixels. Traitement des images 3D garanti. Dotés respectivement de 20 et 30 Go de disque dur pour 256 Mo de DDR-SDRam, les GRX316G et 316MP (355 x 292 39,8 mm pour 3,8 Kg) sont proposés à 3 300 et 3 400 euros. Avec ses 512 Mo de DDR-SDRam et son disque dur de 40 Go, le prix du GRX316SP s’envole à 4 400 euros. Les budgets plus modestes se tourneront vers les modèles GR314 et 315 qui disposent des mêmes caractéristiques, mais en Pentium III-M et écrans 14 et 15 pouces, et qui sont proposés à 2 400 et 2 900 euros. N’oublions pas enfin l’ultra portable SRX41P. Malgré sa taille réduite (259 x 194 x 27,8 mm pour 1,26 Kg) et son écran de 10,4 pouces, ce modèle intègre un Pentium III M à 800 MHz, 256 Mo de SDRam et un disque dur de 30 Go (voir le test de SVM).

Côté ordinateurs de bureau, deux gammes couvrent l’offre. Le PCV-LX2 et la série RX. Là encore, on apprécie la richesse des connecteurs (USB, iLink, emplacements PCMCIA et MemoryStick, etc.). Proposé avec un écran LDC-TFT 15 pouces pour 2 500 euros, le LX2 se destine à une utilisation bureautique et familiale étendue : P4 à 1,7 GHz, 256 Mo de SDRam, 80 Go de disque dur, nVidia GeForce 2 MX pour la carte graphique. La gamme RX (201, 202 et 203) vise la puissance. Notamment le RX203 équipé d’un P4A à 2 GHz, de 512 Mo de DDR-SDRam, de 120 Go de disque dur et d’une carte graphique GeForce 2 Ti (64 Mo de mémoire). La carte mère dispose seulement de deux slots PCI. En contrepartie, les connecteurs USB, iLink, Ehternet et MemoryStick foisonnent. Mais à 2 400 euros la machine sans écran, Sony risque d’en décourager plus d’un.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur