Novell interdit de distribution Linux par la FSF?

Mobilité

Insatisfait de l’accord Microsoft-Novell, la FSF réfléchit à des mesures de
rétorsion envers l’éditeur de SUSE Linux.

La Free Software Foundation (FSF) cherchera t-elle à interdire Novell de distribuer Linux? Selon une dépêche de l’agence Reuters, les membres du bureau de l’organisation de défense des logiciels libres dirigée par Richard Stallman s’interrogent actuellement sur l’attitude à tenir en réponse aux accords signés entre Novell et Microsoft. En novembre 2006, les deux éditeurs se sont engagés sur un programme d’interopérabilité de leurs solutions pour répondre aux attentes de leurs clients. L’annonce avait fait grand bruit et nombre de voix s’étaient élevées contre l’accord. Les opposants craignent notamment que l’accord passé avec Novell sur les échanges technologiques ne permettent à Microsoft d’attaquer ses concurrents open source sur la question des brevets.

La FSF prendra sa décision d’ici une à deux semaines. Si elle estime l’accord contraire au principe d’exploitation de l’usage des logiciels libres, elle pourrait interdire à Novell de distribuer de nouvelles versions de Linux. Comment? En introduisant dans la version 3 de la GPL (GNU General Public License, la licence qui régit l’exploitation des logiciels libres) les conditions nécessaires pour éviter de lier les applications open source dans le cadre d’une opération avec un éditeur à la logique propriétaire. Comme le déclare Richard Stallman sur le site Linux-Watch, la GPLv3 “bloquera le type de langage utilisé dans l’accord Novell/Microsoft.”

Selon Reuters, la GPLv3 serait finalisée en mars 2007. Mais il n’est pas certain qu’elle s’appliquera au noyau Linux proprement dit. Des désaccords entre la FSF et Linus Torvalds, chargé des développements du noyaux Linux, persistent. Mais la FSF pourra toujours interdire l’usage des logiciels dont elle détient les droits d’auteur comme la librairie C et le compilateur. Dans ce cas, il faudra que Novell assure lui-même le développement de ces composants pour les intégrer à sa distribution Linux qui restera par ailleurs obligatoirement sous licence GPLv2. Toujours selon Reuters, Novell attend la position officielle de la FSF pour s’exprimer sur le sujet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur