Novell vs Microsoft : fin d’un conflit, début d’un autre

Mobilité

Microsoft et Novell ont trouvé un accord à l’amiable mettant fin à leur différend autour du système d’exploitation Netware. Mais un nouveau procès se profile concernant l’application WordPerfect.

L’éditeur Novell a annoncé le 8 novembre 2004 avoir conclu un accord avec Microsoft mettant un terme au litige antitrust concernant le système d’exploitation Netware, en échange du versement de 536 millions de dollars en cash. Microsoft a de son côté souligné que cet accord ne l’engageait en aucun cas à partager ses technologies ou ses droits à la propriété intellectuelle avec Novell, et qu’il ne constituait pas un aveu de mauvaises pratiques de sa part. Selon les termes de cet accord, Novell s’engage d’une part à renoncer à son intervention auprès de la Commission européenne et d’autre part à abandonner toutes ses réclamations à l’encontre de Microsoft, exceptés certains problèmes de licences ainsi que le litige autour de WordPerfect.

En effet, malgré cet arrangement concernant des pratiques qui auraient nui aux ventes du système Netware, Novell a annoncé que, d’ici la fin de la semaine, il engagerait une nouvelle procédure judiciaire aux Etats-Unis à l’encontre de Microsoft à propos de l’application professionnelle WordPerfect. “Nous avons eu de longues discussions avec Microsoft sur ce sujet mais, malgré tous nos efforts, nous n’avons pas réussi à trouver un terrain d’entente”, a déclaré Joseph LaSala, vice-président de Novell et avocat-conseil. “Nous avons donc l’intention de poursuivre nos actions afin d’obtenir un dédommagement pour le tort causé à notre société.” Le dirigeant fait ainsi allusion aux supposées pratiques anticoncurrentielles de Microsoft sur le marché des applications de bureautique, à l’époque où Novell éditait le traitement de texte WordPerfect et le tableur Quattro Pro.

Des relations plus constructives

Selon Microsoft, l’accord concernant Netware illustre ses efforts faits ces deux dernières années pour établir des relations plus constructives avec ses partenaires et ses concurrents.

En ce qui concerne l’affaire WordPerfect, Brad Smith, vice-président et avocat-conseil de Microsoft, a déclaré : “Nous ne sommes pas parvenus à résoudre de manière satisfaisante le différend autour de WordPerfect, nous sommes donc prêts à le régler devant les tribunaux.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur