Numericable arrive à refinancer sa dette au prix de quelques concessions

CloudRéseauxTrès haut débit

Le câblo-opérateur cherchait depuis juillet à refinancer sa dette de 2,35 milliards d’euros. Elle a finalement trouvé un accord avec ses investisseurs et ses créanciers.

A défaut de se faire renflouer par France Télécom, Numericable cherchait une solution pour refinancer sa dette héritée de montages financiers en LBO (*) réalisés en 2006.

C’est chose faite, nous apprend La Tribune du mercredi 24 août reprise par Silicon.fr.

Le câblo-opérateur, propriété du groupe Numericable-Completel lui même détenu par les fonds d’investissement Carlyle, Cinven et Altice (un autre câblo-opérateur), est parvenu à convaincre des financiers de le suivre.

Il s’agit avant tout pour l’entreprise de refinancer sa dette, laquelle s’élève à 2,35 milliards d’euros, avant 2014. A cette date, elle devra faire face à d’importantes échéances de remboursement.

Toujours selon le quotidien économique, les actionnaires de Numericable ont accepté une émission d’obligations de 350 à 500 millions d’euros d’ici février 2012.

Elles serviront à rembourser par anticipation certains créanciers, et à décaler de deux ans son calendrier de remboursement. Le total de la dette reste cependant identique.

Pour obtenir ce délai, Numericable a dû revoir son offre. Initialement, il proposait une augmentation du taux d’intérêt comprise entre 0 et 0,5 % (le taux est actuellement de 3,75 % au dessus du taux de référence Euribor).

Une offre qui n’avait pas séduit les financiers dans le contexte de crise. L’entreprise a alors remonté son offre entre 0,5 % et 1 % et renforcé ses obligations de ratios financiers, ce qui a finalement emporté la majorité des deux-tiers nécessaire.

Cette première émission d’obligation va permettre à l’opérateur d’obtenir une note des agences de notation.

Standard & Poor’s lui avait ainsi attribué un CCC+ (risque substantiel), et lui donnera un B (hautement spéculatif) si le refinancement est effectué correctement.

Moody’s devrait lui aussi lui attribuer un B+.

Il restera à vérifier que Numéricable sera en mesure de tenir ses échéances.

Pour y parvenir, l’opérateur multiplie les initiative pour conquérir de nouveaux clients et fidéliser les anciens, entre la téléphonie mobile tout illimitée à 25 euros par mois pour ses clients câble, ou l’ADSL offert à ses clients TV.

Fin 2010, Numericable revendiquait 1,7 million d’abonnés Internet et 3,5 millions d’abonnés TV pour un chiffre d’affaires de 578 millions d’euros en 2010 (en hausse de 6 % par rapport aux à 2009) et 1,3 milliard pour l’ensemble du groupe (en 2009).

Eric Denoyer, PDG de Numericable
Eric Denoyer, PDG de Numericable

(*) Un LBO (leveraged buy-out ou rachat avec effet de levier) est un montage financier permettant de racheter une entreprise en prenant un emprunt important, qui est ensuite reportée sur la société acquise.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur