Numericable-SFR : vers une privatisation totale par Altice ?

OpérateursRéseaux
altice-numericable-sfr
4 3

Altice a acquis 0,25 % supplémentaires au capital de Numericable-SFR. Une manoeuvre perçue par les analystes comme un prélude à la privatisation totale de l’opérateur.

Altice grignote un peu plus de Numericable-SFR.

La holding contrôlée par Patrick Drahi est montée au capital de l’opérateur en rachetant, pour 64,6 millions d’euros, 1 298 398 actions supplémentaires au prix unitaire de 49,75 euros (soit une faible prime, à hauteur de 10 cents par titre).

Dans l’absolu, ce rachat ne représente pas grand-chose : 0,25 % du capital de Numericable-SFR. C’est-à-dire une goutte d’eau si l’on considère qu’Altice détenait, début mai, une participation de 70,4 % après l’acquisition des parts de Vivendi (78 % en excluant les actions auto-détenues par le nouvel ensemble, selon Silicon.fr).

Et pourtant, cette opération surprise intervenue en fin de semaine dernière a fait réagir les analystes financiers, qui l’interprètent comme les prémices d’une privatisation totale de Numericable-SFR.

Du côté d’ING, on estime que cette transaction aurait du sens, l’action du groupe « étant sous-évaluée ». Elle permettrait par ailleurs à Altice de profiter de 100 % des synergies en cas de rachat potentiel de Bouygues Telecom.

En parallèle, le vaisseau amiral de Patrick Drahi a finalisé le rachat de sa filiale Outremer Telecom… moyennant quelques conditions dictées par l’Autorité de la concurrence.

Altice s’est ainsi vu obligé à vendre les activités mobiles d’Outremer Telecom dans les îles françaises de l’océan Indien.

Des « négociations exclusives » avaient été officiellement engagées le 6 mars dernier avec Hiridjee Group, propriétaire de l’opérateur malgache Telma. Le montant de la cession n’a pas été communiqué ; il serait d’au moins 100 millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur