Numericable sur le point de lancer son offre ADSL

Cloud

Assurée par Completel, l’offre ADSL du câblo-opérateur est actuellement en phase de bêta-test. Les premiers clients seront raccordés début juillet.

C’est en toute discrétion que Numéricâble a lancé son offre ADSL depuis quelques jours. “Nous sommes encore en phase de bêta test“, affirme-t-on du côté du service de communication du câblo-opérateur, “les premiers clients seront raccordés début juillet.

Si la présentation de l’offre est disponible en ligne, elle n’est pas encore effective comme l’ont démontré nos rapides tentatives d’inscription qui se sont soldées par un échec. Pourtant, rien ne signale cette version bêta sur le site de l’opérateur.

L’offre “ADSL by Numéricâble” rejoint peu ou prou les forfaits triple play du marché : ADSL à 20 Mbit/s ATM (16,6 Mbit/s IP) dans les zones dégroupées, téléphonie illimitée vers les postes fixes et vers 45 destinations internationales, bouquet de base d’une quarantaine de chaînes TV.

Pour quel tarif ? 29,90 euros par mois. Auquel il convient d’ajouter 5 euros par mois pour la location du décodeur vidéo, voire 10 euros pour le modèle HD (haute définition). La souscription à d’autres bouquets de télévision viendra peser sur la facture qui, selon Freenews, peut s’élever jusqu’à 80 euros mensuels.

Sans surprise, Numéricâble s’appuie sur les 600 noeuds de raccordement des abonnés (NRA) du réseau DSL dégroupé de Completel pour proposer ses offres ADSL. Opérateur exclusivement dédié aux entreprises, Completel est désormais lié au sort du câblo-opérateur. Pierre Danon, récemment nommé PDG du nouvel ensemble, se chargera de coordonner le tout.

Entre 1,5 et 2 millions de ‘prises mono’

Si Numéricâble espère gagner des points sur le marché du haut débit sur paire de cuivre en complétant sa couverture (le câble ne couvre “que” 40 % du territoire), l’offre ADSL permettra avant tout de “boucher les trous”.

Pour des raisons techniques de qualité de service de télévision, un certain nombre de villes câblées (comme Bastia) où d’îlots géographiques (à Clermont-Ferrand par exemple) ne disposent pas de l’accès Internet et de la téléphonie sur la prise câble.

Sur les 9,5 millions de prises raccordables du câblo-opérateur, seules 7,5 supportent les services triple play. Soit entre 1,5 et 2 millions de “prises mono” dont le raccordement à l’artère principale du réseau (le backbone en cours de rénovation en fibre optique) n’est pas prévu dans l’immédiat. Celui-ci permettra de proposer une offre triple play intégralement à partir du modem coaxial.

D’ici là, l’offre ADSL permettra ainsi à Numéricâble d’assurer un service complet issu de deux réseaux (coaxial et paire de cuivre du téléphone) tout en mettant en avant l’avantage pour le client de n’avoir à traiter qu’avec un seul interlocuteur.

D’autre part, l’offre ADSL permettra d’accompagner (et donc de conserver) les clients d’un forfait triple play câble qui déménageraient vers une zone non câblée mais couverte par Completel. L’opération de transfert technologique serait ainsi simplifiée pour l’abonné dont la démarche administrative se limitera à signaler à Numéricâble sa nouvelle adresse.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur