Numérique : Axelle Lemaire maintient l’orbite d’un projet de loi en 2015

Régulations
numerique-axelle-lemaire-fixe-cap-projet-loi-2015

Financement de l’innovation, acquisition des compétences, usages IT vulgarisés…Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du numérique, veut ériger une “République numérique”.

Axelle Lemaire donne le ton pour la “e-rentrée” du gouvernement. Dans une communication adressée lors du Conseil des Ministres du 3 septembre, la secrétaire d’Etat chargée du numérique a mis en avant le sens du projet de “République numérique propice à l’innovation et respectueuse des libertés”.

On le dit souvent : le numérique aurait des vertus transversales au sein de la société française (levier de compétitivité, création d’emplois et de pouvoir d’achat). Mais, au-delà de cette formule galvaudée, cela se traduit comment concrètement pour les Français ?

Il est prévu qu’une grande concertation soit lancée dans ce sens avant fin septembre pour “identifier les évolutions nécessaires”. Selon Silicon.fr, le Conseil national du numérique (instance consultative) participera à cette étape de synthèse des enjeux avant un examen du Parlement en 2015 qui prendra la forme d’un projet de loi relatif au numérique. Mais dont les contours restent flous.

Dans un entretien accordé aux Echos, la secrétaire d’État suggère une modification du régime de rémunération en actions permettant de  “créer des actions gratuites d’intrapreneurs” c’est-à-dire des projets qui mûrissent en entreprise et qui sont susceptible de se transforrmer en nouveaux business, quitte à envisager une spin-off (séparation des activités).

Il faudra également établir une “politique résolue d’attractivité des capitaux et des talents étrangers”, permettant la “croissance rapide des entreprises innovantes”.

Car les leviers de financement de l’innovation constituent un point-clé : “Nous allons essayer de mobiliser davantage les grands groupes, afin qu’ils fassent plus de capital-venture, et les investisseurs institutionnels pour orienter l’épargne vers les projets des entreprises innovantes”, explique Axelle Lemaire dans l’interview accordée aux Echos.

Autant de sujets qui devraient être abordés le 15 septembre prochain dans le cadre des assises du Financement de l’économie sous l’égide du Président de la République François Hollande.

French Tech : l’initiative perdure

Axelle Lemaire a également insisté sur trois axes Internet et télécoms : acquisition de compétences par la jeunesse (le prochain plan de l’école numérique de François Hollande pourrait faciliter la tâche),  accès de tous les territoires à Internet et à la téléphonie mobile (avec “un objectif ambitieux” de traitement des zones “blanches” dans les zones rurales et péri-urbaines), circulation des usages numériques dans les territoires, “en particulier vers les populations exclues”.

La démarche de simplification des interfaces et des procédures en vue d’une meilleure accessibilité des services publics et d’une plus grande ouverture des données publiques sera accentuée. Le gouvernement compte s’appuyer sur la participation active des citoyens, comme initié via la plateforme Faire-simple.gouv.fr.

Bonne nouvelle : initié par Fleur Pellerin lorsqu’elle était en charge du numérique pour des gouvernements précédents, le label “French Tech” associé à des concours mondiaux d’innovation se poursuivra. Une dotation  de 300 millions d’euros a été consentie (elle est désormais “sanctuarisée”) à travers le programme d’investissements d’avenir.

Quiz : Connaissez-vous l’e-réputation ?

Crédit photo : Shutterstock.com –  Droit d’auteur : xtock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur