Numérique à l’école : l’Education nationale change de direction

Régulations
education-nationale-numerique

Engagé dans une réorganisation de ses services, le ministère de l’Éducation nationale annonce la mise en place d’une Direction du numérique pour l’enseignement.

Le 8 juillet 2013, la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République était promulguée par François Hollande.

Le volet numérique n’était pas central, mais les résolutions adoptées laissaient entrevoir plusieurs grands axes de développement parmi lesquels l’instauration d’un “service public de l’enseignement numérique” pour les élèves, les parents et les professeurs. Le dispositif prôné par Vincent Peillon – ministre de l’Education nationale – impliquait une approche globale et une “pédagogie du numérique” destinée à conduire les jeunes générations vers une autonomie et une responsabilisation dans leurs usages.

Outre le raccordement des zones rurales au très haut débit, l’équipement informatique des établissements et la formation des professeurs, la production de ressources et de services IT constituait une priorité. Pour accélérer cette transition, l’Education nationale se dote aujourd’hui d’une Direction du numérique pour l’éducation (DNE). Cette structure aura pour objectif de mettre en synergie les acteurs du numérique éducatif avec les systèmes d’information du ministère. Sa mise en place a été confiée à Catherine Becchetti-Bizot, inspectrice générale à l’Education nationale.

Compétente pour piloter et mettre en oeuvre des SI, la DNE portera une attention particulière aux services déconcentrés, “qui représent un important réseau de compétences, d’expertises et de savoir-faire pour relayer la stratégie numérique sur l’ensemble du terriroire”. L’une de ses missions à court terme sera de développer l’offre de contenus et services en ligne, tout en déployant les infrastructures et les conditions techniques de sécurité permettant la réussite des projets.

Parmi les outils déjà disponibles, on recense D’Col (accompagnement interactif personnalisée pour les élèves de 6e de l’éducation prioritaire), English for schools (exercices et vidéos pédagogiques pour les 8-11 ans) et EduThèque (portail de ressources partagées pour les enseignants du 1er et du 2nd degré).

Sur la feuille de route figurent aussi une archive de sujets d’examens et de corrections, un “campus numérique” et un réseau social pour les enseignants, un site Web de géolocalisation des solutions de formation pour les jeunes décrocheurs, etc. La DNE gérera également un incubateur de projets numériques (le Numérilab’) chargé de “mutualiser les initiatives autour de grands projets innovants”, avec l’objectif de promouvoir le numérique à l’école comme vecteur de développement pour l’économie et la société.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) poursuivra en parallèle ses démarches amorcées l’année passée avec le soutien d’une cinquantaine d’organismes privés et publics – dont le ministère de l’Éducation. A son agenda, l’éducation des plus jeunes (6-12 ans) par des modules d’apprentissage dédiés, l’organisation d’un événement “d’envergure nationale”, la création d’une plate-forme collaborative en ligne accessible gratuitement et un partenariat avec France Télévisions dans la réalisation et la diffusion de formats courts promotionnels.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les formations aux métiers high-tech ?

Crédit photo : Luis Louro – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur