Numérique : quand Google, Facebook et Amazon interpellent Donald Trump

JuridiqueLégislationManagementRégulationsSurveillance
geants-numeriques-interpellent-donald-trump
3 3

Après l’élection de Donald Trump, l’Internet Association (avec des membres comme Google, Facebook ou Amazon) demande des garanties sur le respect des communications chiffrées et la neutralité Internet.

Il faut saisir la balle au bond…sans perdre de temps. Après l’élection de Donald Trump, des géants du numérique comme Facebook, Amazon et Google mais aussi Uber, Twitter et Airbnb demandent au nouveau Président des Etats-Unis de soutenir points-clés comme la liberté pour passer des communications chiffrées et le respect de la neutralité de l’Internet.

A travers l’organisation de lobbying Internet Association, ils lui ont envoyé une lettre de 10 pages dans ce sens. Son contenu a été publié hier. Au regard des divergences de vision qui sont apparues en plein jour lors de la course à la Maison Blanche entre la Silicon Valley et Donald Trump.

« Le secteur du numérique est impatient d’engager un dialogue ouvert et productif », écrit Michael Beckerman, Président de l’Internet Association. « Nous représentons le meilleur de l’innovation, de la liberté et de l’ingéniosité à l’américaine. »

Au cours de sa campagne, Donald Trump a su exploiter les réseaux sociaux à son profit. « Personne d’autre que vous est conscient de l’usage de l’Internet pour se rapprocher et mobiliser les électeurs au cours de la campagne électorale. »

L’Internet Association pourrait trouver des points de consensus avec la prochaine administration comme des traités de commerce au niveau international et des moyens de faciliter la libre circulation des données au-delà des frontières.

Ce qui pourrait donner une belle foire d’empoigne sur fond de débat relatif à l’application du Privacy shield entre l’Europe et les Etats-Unis (transfert des données personnelles entre les continents).

Mais d’autres points pourraient entraîner des frictions entre la Silicon Valley et Washington comme les systèmes de cyber-surveillance (dont la portée fait l’objet d’une réforme à boucler), le respect des communications chiffrées et le maintien de la neutralité Internet.

Au cours de la campagne, Donald Trump a fustigé la position d’Apple qui avait refusé de collaborer avec le FBI pour ouvrir un iPhone et déchiffrer son contenu dans une enquête anti-terroriste, rappelle TechWeekUK.

La lettre de l’Internet Association recommande également de laisser la porte ouverte aux ingénieurs étrangers afin qu’ils puissent apporter leur talent au service des firmes IT américaines.

Une prise de position qui risque de ne pas entrer en conformité avec la ligne dure de Donald trump en matière de politique d’immigration. Néanmoins, le nouveau président des Etats-Unis pourrait afficher un certain pragmatisme sur la question. Il avait esquissé une certaine flexibilité dans ce sens dans un débat politique diffusé à la télévision en mars.

(Crédit photo : Official White House Photo by Pete Souza)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur