Numérique : un premier “project bond” pour le très haut débit

Régulations
project-bond-tres-haut-debit

Lancés en 2012 par Bruxelles pour financer les grands chantiers d’infrastructure européens, les “project bonds” trouvent une première application en France dans le déploiement du très haut débit.

Après l’Espagne, la Belgique et le Royaume-Uni, c’est au tour de la France de lancer son premier projet d’infrastructure financé par des “project bonds” européens.

L’accord négocié en ce sens mercredi 23 juillet porte sur le déploiement du très haut débit dans les zones rurales par Axione, opérateur de réseaux d’initiative publique (RIP) filiale de Bouygues Énergie & Services (15%), de la Caisse des dépôts (30%) et du fonds d’investissement des Caisses d’Épargne (55%). Il a été signé par Philippe de Fontaine Vive Curtaz (vice-président de la Banque européenne d’Investissement), Olivier Pequel (directeur des Financements et Solutions de Marchés chez Natixis) et Pierre-Eric Saint André (président d’Axione Infrastructures).

Vice-présidente de la Commission européenne chargée de l’agenda numérique, Neelie Kroes était présente au rendez-vous, tout comme Michel Sapin (ministre des Finances), Arnaud Montebourg (Économie) et Axelle Lemaire (secrétaire d’Etat au Numérique). C’est dire l’importance que revêt, aux yeux de Bruxelles, ce nouveau système “solidaire” visant à financer des projets dont la faible rentabilité a tendance à rebuter les investisseurs privés.

Bercy souligne que ce “project bond” est le premier dans le secteur des télécoms. Et d’ajouter : “L’intervention de la Banque européenne d’Investissement [BEI], en garantissant une partie du risque lié au projet, rend possible son financement dans de bonnes conditions“. La BEI apporte en l’occurrence une garantie de 38,1 millions d’euros soutenue par un provision pour risque de 20 millions d’euros apportée par le budget européen. Comme le note Silicon.fr, Axione émet pour sa part 189,1 millions d’euros de cette “obligation de projet”.

Pour le ministère de l’Économie, “la mobilisation des instruments européens doit être amplifiée, en France et ailleurs en Europe“. Récemment, le gouvernement a approuvé 7 nouveaux projets de RIP dans le cadre du plan France Très Haut Débit qui doit couvrir le territoire d’ici 2022. Le financement par “project bond” d’Axione, qui déploie son infrastructure sur une quinzaine de départements, participera ainsi à l’avancée du très haut débit sur le territoire français.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur la fibre optique ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur