Numérique : Sagemcom rejoint le portefeuille de Carlyle

M2MMarketingRéseaux

Le fournisseur français de produits électronique (Internet, énergie, impression) passe des mains du fonds Gores Group à celles de Carlyle.

The Carlyle Group finalise le rachat de Sagemcom.

Des négociations exclusives avaient été ouvertes dans ce sens en juin.

Le montant final de l’investissement n’a pas été communiqué mais, à l’époque, on évoquait une “transaction en dessous-de 500 millions d’euros”.

Le fonds d’investissement américain se porterait acquéreur de hauteur de 70% du capital du fabricant français de produits électroniques dans plusieurs domaines : haut débit (décodeurs, routeurs), convergence (réseaux domestiques), énergie (compteurs, M2M) et impression.

Le reliquat restant dans les mains de la direction et des salariés du groupe.

Par l’entremise d’un communiqué publié samedi, Carlyle a officialisé l’acquisition de Sagemcom, qui était tombé en 2007 dans le portefeuille d’actifs de The Gores Group après la fusion Sagem – Safran.

Ce dernier fonds américain détenait une participation de 65,7% dans l’ex-branche de Sagem.

Le reste du capital était partagé entre les salariés (24,6%), CIC (7,3%) et Club Sagem (2,4%), précise l’AFP.

Le groupe Sagemcom, présidé par Patrick Sévian, dispose d’un effectif de 6000 salariés dans le monde.

Le chiffre d’affaires de la société s’élève à 1,4 milliard d’euros en 2010.

“Sagemcom est un fabricant européen de décodeurs de TV numérique et est particulièrement connu pour ses terminaux résidentiels, ses produits très haut débit, ses compteurs d’énergie, ainsi que divers produits communicants à forte valeur ajoutée”, peut-on lire dans le communiqué.

“Sagemcom occupe des positions de leader dans toutes ses activités et a connu une très forte croissance de ses marchés principaux sur les trois dernières années. “

Sur le site Internet du fabricant, des positions de leadership sont déclinées en fonction des segments de marché (numéro un mondial du fax serveur sur IP, des terminaux GSM-R, numéro un européen de l’accès haut débit…).

Mais cela reste à confirmer au regard de la forte concurrence dans les produits Internet notamment le segment de la “maison connectée” (Thomson, Netgem…).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur