Nvidia : bond techno GPU avec Pascal, collaboration avec VMware

Mobilité
nvidia-pascal-GPU-nvlink

Une nouvelle gamme Nvidia de cartes graphiques (GPU), attendue en 2016, devrait afficher des performances impressionnantes à travers un nouveau système d’interconnexion CPU – GPU : NVLink.

A l’occasion de sa conférence GTC à San José en Californie, Nvidia a annoncé une nouvelle génération de cartes graphiques (GPU) prometteuses au nom de code “Pascal“. Elles devraient constituer  un réel bond en avant en termes de performances, mais aussi de consommation électrique. Ainsi, le rapport puissance sur watt progressera de deux tiers, selon Silicon.fr. Leur sortie est prévue pour 2016.

La performance sera renforcée – on parle d’échanges de données cinq fois plus rapides – grâce à la création d’un nouveau système d’interconnexion : NVLink. Un dispositif censé nifier la mémoire des différents GPU (et CPU), tout en assurant la cohérence de l’ensemble. NVLink offre une bande passante supérieure à celle du PCI Express : elle passe ainsi de 16 Go/s à plus de 80 Go/s.

“Ceci éliminera un goulot d’étranglement et aidera à ouvrir la voie à une nouvelle génération de supercalculateurs exaflopiques, qui sont 50 à 100 fois plus rapides que les systèmes les puissants disponibles aujourd’hui”, assure Nvidia.
“NVLink permet des échanges rapides entre CPU et GPU, améliorant ainsi le débit de données des systèmes informatiques et supprimant l’un des principaux obstacles actuels aux calculs intensifs”, explique Bradley McCredie, vice-président chez IBM et IBM Fellow, cité dans un communiqué.

Car Big Blue et Nvidia ont collaboré sur ce projet via les processeurs Power. “NVLink facilite pour les développeurs la modification des applications d’analyse de données et de haute performance, afin de tirer profit des systèmes hybrides CPU-GPU. Nous estimons que cette technologie représente une nouvelle contribution importante à notre écosystème OpenPower.”

Autre avancée : l’intégration de mémoire directement posée sur le GPU (comme on en trouve dans les SoC ARM). Ce qui devait permettre d’augmenter la capacité et la bande passante, tout en multipliant par quatre l’efficacité énergétique.
Nvidia a conçu un module destiné à héberger les GPU s’appuyant sur l’architecture Pascal avec NVLink. Ce nouveau module GPU ne représente qu’un tiers de la taille des cartes PCIe standard utilisées à l’heure actuelle pour les GPU.

Parmi les annonces de la GTC, il y a Nvidia et VMware qui vont collaborer autour de la technologie Nvidia Grid. Celle-ci sera disponible sur la plateforme Horizon DaaS (pour desktop-as-a-service ou poste de travail sous forme de service) proposée par le spécialiste américain de la virtualisation. Ce qui permettra d’offrir des images 3D sur les postes de travail et les applications virtuels fournis via le cloud.

C’est l’occasion pour Nvidia de montrer la densité de son écosystème et des applications de ses technologies. Ainsi, à travers une contribution blog, Nvidia explique comment des partenaires comme Adobe, Baidu, Netflix et Yandex utilisent des accélérateurs GPU sous CUDA (plateforme de calcul parallèle, permettant de décupler les performances de calcul du système en exploitant la puissance des processeurs graphiques) basée sur une approche avancée heuristique (“advanced machine learning”) pour fournir des recherches, des analyses d’images et des recommandations personnalisées de films.

Quiz : Incollable sur les logiciels Adobe ?

(Credit photo : page facebook GTC – Nvidia)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur