nVidia s’attaque au marché du chipset avec le nForce

Mobilité

Véritable plate-forme système, le nForce gère l’affichage graphique, les flux audio et vidéo, l’encodage temps réel du son ainsi que nombre d’interfaces de communication et réseau dont l’Ethernet. Ce nouveau chipset est le premier à s’appuyer sur le bus HyperTransport d’AMD. Objectif, améliorer les performances des PC dont l’architecture n’est plus adaptée aux besoins multimédias. Et s’installer sur un marché essentiellement occupé par Intel.

nForce est donc le nom du nouveau produit (et non plus Crush comme nous l’évoquions, voir édition du 31 mai 2001) que nVidia a dévoilé lundi au Computex de Tapei (Taiwan) et mercredi 6 juin en France. Il ne s’agit pas d’un nouveau processeur graphique mais d’un jeu de composants (chipset) à part entière que nVidia considère comme une véritable “plate-forme système” destinée aux PC grand public (mainstream dans le jargon marketing). Celle-ci intègre les traditionnels Northbridge et Southbridge respectivement intitulés Integrated Graphic Processor (IGP) et Media Communications Processor (MCP). Composé du processeur graphique GeForce 2 MX (le GeForce 3 attendra encore un peu, à la fois pour des raisons de technologie et de coûts), l’IGP gère l’affichage, les calculs graphiques et la mémoire DDR 128 bits via la technologie propriétaire Twinbanks. Dédié à la gestion des périphériques “communication et multimédia”, le MCP intègre un processeur audio (APU) et un encodeur en temps réel Dolby numérique 5.1 qui permettra – avec l’équipement adéquat (kit d’enceintes et caisson de basse) – d’obtenir un son 3D (effet de mouvement sonore comme le Surround). Côté communication, le MCP réunit un contrôleur Ethernet 10/100, les fonctions téléphoniques HomePNA ainsi que six ports USB. Le MCP fonctionne avec StreamThru, une technologie propriétaire qui garantit la qualité des flux en réservant, de manière automatique, la bande passante nécessaire à chaque tâche.

nVidia adopte l’Hypertransport d’AMD

Pour garantir ces taux de transferts élevés, les deux puces s’appuient sur l’HyperTransport, le nouveau bus développé par AMD (voir édition du 15 février 2001). Cette technologie supporte les hauts débits (jusqu’à 12,8 Go/s contre 266 Mo/s pour le bus PCI actuel) et permet d’accélérer les échanges entre le processeurs et les différents composants du PC. Le nForce devrait offrir des débits continus jusqu’à 800 Mo/s selon nVidia. Le constructeur est donc le premier à lancer un produit qui intègre le nouveau bus d’AMD et entend ainsi améliorer significativement les performances systèmes des PC. “Les applications PC d’aujourd’hui sont de plus en plus complexes, avec les graphismes 3D sophistiqués, les réseaux haut débit, la vidéo en continu et l’audio 3D en mouvement”, explique Dan Vivoli, vice-président marketing, “l’architecture nForce a été spécialement conçue pour combler le vide entre les attentes des utilisateurs et les limites des technologies actuelles et futures”. Dans un premier temps, le nForce se limite aux PC équipés de processeurs AMD. Mais il ne serait pas étonnant de le retrouver, tôt ou tard, sur des plates-formes Intel. La simple preuve en est que, à défaut du chipset complet, la Xbox de Microsoft exploitera le processeur MCP pour sa partie communication et audio en cohabitation avec un Pentium III d’Intel.

En introduisant des composants logiques autres que les processeurs graphiques, nVidia pénètre un marché nouveau pour lui. Et vient directement empiéter sur les plates-bandes d’Intel et de VIA Technologies, notamment. Une nouvelle direction stratégique qui a convaincu vingt-trois intégrateurs européens, dont Fujitsu-Siemens, Continental Edison et Humaneo en France, ainsi que les principaux constructeurs de cartes mères (Assus, Abit, Gigabyte, MSI et Mitac). Si nVidia n’a pas révélé le prix de sa “plate-forme système”, qui se situerait “dans la même gamme que l’AMD 760” selon un porte-parole, le constructeur sait qu’il devra accorder des tarifs compétitifs s’il veut conquérir des parts de marché significatives. Actuellement en production, le nForce sera livré en juillet prochain aux OEM. Les premiers PC équipés du nForce devraient voir le jour pour la rentrée de septembre 2001.

Pour en savoir plus :

Le site de nVidia


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur