OASIS reprend la gestion d’UDDI

Mobilité

UDDI.org n’est plus l’organisme chargé du développement et de la promotion du service de pages jaunes sur le Web, UDDI. C’est dorénavant OASIS qui sera chargé de promouvoir le standard. Si ce dernier semble avoir réussi son développement, rares sont les entreprises ayant déjà enregistré leurs activités dans l’annuaire.

L’OASIS (Organization for Advancement of Structured Information Standards) vient de prendre à son compte le développement et la promotion du projet d’annuaire professionnel international, UDDI (Universal Description, Discovery and Integration). Jusqu’ici, UDDI était géré par UDDI.org. Seulement, si l’organisme a réussi à faire d’UDDI un standard permettant de bâtir un annuaire universel pour les entreprises sur le Web, il a échoué dans sa médiatisation. Le concept d’UDDI est de faciliter les échanges interentreprises grâce à un annuaire regroupant tous les détails des sociétés telles leurs coordonnées et leurs spécialités, de la même manière que les pages jaunes d’un annuaire.

“UDDI n’a pas encore connu l’essor que l’on pourrait attendre d’un tel projet. Face au millions de services accessibles sur le Web, peu de services ont en définitive été enregistrés auprès d’UDDI”, commente Michaël Tartar, consultant chez Andersen. Selon lui, l’arrivée d’OASIS devrait permettre une meilleure popularisation de l’annuaire. “UDDI va bénéficier de l’expérience et du sérieux d’OASIS”, explique-t-il. La lente adoption d’UDDI n’est pas, selon lui, un problème de fond – l’annuaire semble répondre à un réel besoin – mais à une absence de communication sur ce projet. “Il faut aussi lui laisser un certain temps et se donner les moyens de le faire connaître”, déclare Michaël Tartar.

Des travaux convergents

La récupération d’UDDI par OASIS semble finalement aller de soi tant les travaux menés par les deux organismes sont convergents. OASIS fournit un ensemble de spécifications de documents normalisés s’appuyant sur un vocabulaire de type XML, dont ebXML. Ce dernier langage permet de créer des transactions e-business. Dans ce cadre, l’utilisation des services Web, et par conséquent d’un annuaire, devient naturelle. Par ailleurs, Michaël Tartar estime que les deux organismes devaient avoir des participants en commun. “Le fait qu’UDDI soit désormais chapeauté par OASIS permettra de capitaliser les efforts et d’éviter une déperdition d’énergie”, estime-t-il.

OASIS a annoncé en outre la version 3 d’UDDI. Cette dernière vise à renforcer la sécurité en offrant un meilleur support de XML Digital Signature. La nouvelle version améliore aussi le support de WSDL (Web Services Description Language), un dérivé de XML. UDDI 3.0 devrait par ailleurs offrir un meilleur support des échanges entre annuaires en simplifiant par exemple la réplication des informations entre deux annuaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur