OEL, la technologie des écrans plats du futur

Mobilité

Sony vient de dévoiler un prototype d’écran plat de 13 pouces basé sur la technologie de matrice organique électroluminescente (OEL), alors que cette technologie limitait jusqu’alors les formats à 10 pouces.

On n’arrête pas le progrès. Surtout dans le domaine des écrans plats. Sony a présenté, le 7 février dernier, un prototype de nouvel écran plat de 13 pouces de diagonale construit autour d’une matrice organique électroluminescente (OEL). Organique car composée d’atomes de carbone et d’hydrogène notamment. Bien adaptée aux images en mouvement, et ne nécessitant pas de rétro-éclairage, la technologie OEL consomme beaucoup moins d’énergie qu’un écran LCD d’aujourd’hui. Inconvénient, outre leur durée de vie limitée, ces écrans ne dépassaient jusque-là pas les 10 pouces de diagonale et se cantonnaient essentiellement aux assistants numériques, téléphones mobiles et appareils photo numériques. Avec sa technologie TAC (Top emission Adaptive Current drive), Sony est donc parvenu à repousser les limites pour augmenter d’un tiers environ la taille jusqu’à atteindre les 33 cm de diagonale pour un écran épais de quelques millimètres, doté d’une matrice active TFT (Thin film transistors). Chaque pixel est couplé à quatre transistors (contre deux habituellement) ce qui garantit l’homogénéité de la luminance et optimise l’affichage tout en réduisant considérablement les besoins en énergie. En revanche, la résolution se limite, pour le moment, à 800×600 pixels. Mais cela devrait s’améliorer, Sony ayant annoncé son intention d’appliquer industriellement sa technologie TAC aux moniteurs d’ordinateurs ainsi qu’aux écrans de télévision. Les premiers modèles pourraient être disponibles à partir de 2003.

Un consortium japonais pour améliorer les écrans plats

Sony n’est pas le seul constructeur à s’intéresser à la technologie OEL. Nec, Sharp, Hitachi, Toshiba, Matsushita et Mitsubishi ont créé l’Advanced LCD Technologies Development Center, un consortium chargé de travailler sur ces nouvelles technologies d’écrans plats. Selon le cabinet d’études Stanford Resources, la demande en écrans plats devrait doubler dans les cinq ans à venir pour atteindre un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars. Un marché que les constructeurs japonais se refusent à laisser entre les mains des principaux constructeurs de dalles LCD de Taiwan et de Corée du Sud qui fixent leurs prix sans réelle concurrence. Bref, l’écran du futur sera plat, de bonne qualité et à un prix abordable… d’ici quelques années encore.

Pour en savoir plus : La technologie OEL selon Sony (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur