Officiel : Cegetel et Neuf Télécom se rapprochent

Mobilité

Les deux groupes fédèrent leurs activités pour former Neuf Cegetel. Ils se placent comme la première alternative à France Télécom.

Après de multiples tergiversations, l’alliance a été officialisée dans la journée de mercredi. Cegetel et Neuf Télécom ont annoncé un projet de rapprochement qui devrait aboutir à la création d’un nouvel ensemble, qui devrait donner naissance au contrepoids alternatif le plus important face à France Télécom.

Fort de leur union, les deux groupes briguent d’ici mi-2007 la deuxième place du podium sur le marché français des services télécoms pour le grand public (4 millions de clients dont 2 millions pour le volet ADSL), sur celui des services télécoms destinés aux entreprises (20% de part de marché à cette échéance) et celui de la vente en gros aux autres opérateurs et FAI.

En 2007, le nouvel ensemble, qui devrait prendre le nom de “Neuf Cegetel”, devrait peser 3,3 milliards d’euros. La présidence reviendrait à Jacques Veyrat, actuel président de Neuf Télécom.

En termes de recomposition d’actionnariat, Neuf Cegetel sera détenu à 28% par le groupe Louis Dreyfus, à 44% par les autres actionnaires de Neuf Telecom et à 28% par SFR, maison-mère de Cegetel. La SNCF devrait céder à SFR la part qu’elle détient de Cegetel (35% du capital). Une participation qui date de l’intégration de Télécom Développement, filiale de la compagnie de chemin de fer, au sein du premier opérateur alternatif historique dans la téléphonie fixe. A moyen terme, il est prévu que Neuf Cegetel soit introduite en bourse d’ici le début de l’année 2007.

En cumulant les ressources humaines des deux groupes, la nouvelle structure dispose d’un effectif de 3800 personnes. Selon la CFDT qui a aussitôt réagi à l’annonce de ce rapprochement, le “projet de fusion Neuf Télécom-Cegetel contient en germe la destruction de plusieurs centaines d’emplois.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur