Offres 3G en “illimité” : Orange veut stopper l’abus de langage

Cloud

Colloque ARCEP : Stéphane Richard, DG de France Telecom – Orange, estime que les opérateurs télécoms ont trop fait usage du terme “illimité” pour les offres d’accès Internet mobile en 3G.

L’exploitation marketing de la fausse notion “d’accès illimité” associée aux offres 3G va cesser. Du moins chez Orange.

Si, c’est vrai. Et c’est le directeur général Stéphane Richard qui l’a affirmé mercredi lors du colloque ARCEP sur la neutralité Internet.

Les opérateurs ont-ils abusé des offres 3G dites illimitées ? “Je partage assez ce sentiment”, a confié le nouveau patron de France Telecom. “On a fait trop usage du terme ‘illimité’. Ce n’est pas une bonne politique de la part des opérateurs télécoms (…) C’est un travail de vocabulaire et d’honnêteté vis-à-vis du client.”

Tout en poursuivant : “il faut rompre avec certaines pratiques commerciales.”

Car les offres mobiles 3G présentées comme illimitées (alors qu’elles ne le sont généralement pas si on prend le temps de lire les CGV) désarçonnent les clients.

Certains abonnés d’Orange en ont fait l’amère expérience avec des surfacturations liées à la consommation data par les clés 3G.

Lors de la même table ronde sur la gestion du trafic/neutralité des réseaux, Emmanuel Forest, Vice-Président de Bouygues Telecom, reconnaissait également de son côté qu’il faudrait “établir un cahier des charges sur les terminologies”. Mais aussi revoir l’approche des offres mobiles “Internet illimité”.

Le fait de garantir le débit maximum jusqu’à un certain volume de Gigaoctets consommés puis passer en mode dégradé ne serait pas toujours “compris” par les consommateurs.

Benjamin Bayart, Président du FAI alternatif French Data Network qui a participé à la même table ronde que Stéphane Richard et Emmanuel Forest, n’apprécie guère ce tour de passe-passe marketing.

“On m’explique que le volume coûte cher sur le câble et le mobile. Il ne me semble pas délirant d’affirmer : ce qui est cher à produire est cher à vendre. Mais ce n’est pas moi qui parle de l’Internet mobile illimité 3G sur les affiches. L’erreur fondamentale est là”, balance-t-il.

(lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur