Offres ADSL : la rentrée s’annonce chaude

Cloud

Les représentants de quatre FAI ont assisté à une réunion au ministère de l’Industrie. Au menu : le dégroupage total, la revente de l’abonnement téléphonique et l’état de la concurrence face à France Télécom-Wanadoo.

Lundi matin, les responsables “réglementations télécoms” de quatre fournisseurs d’accès Internet – Free, Neuf Télécom, Télé2 et Tiscali France – ont participé à une réunion de travail avec un conseiller technique du ministère de l’Industrie. Les principaux sujets relatifs aux télécoms ont été abordés à cette occasion, notamment les conséquences de l’intégration de Wanadoo au sein de sa maison mère France Télécom qui risque de déstabiliser l’ensemble du marché. D’autres thèmes comme les conditions du dégroupage total et l’actuelle situation non concurrentielle sur le marché de la revente de l’abonnement téléphonique figuraient également au menu.

“La concurrence dans le domaine des services de téléphone par ADSL, qui est à peine émergente, risque de pâtir de l’absence d’une régulation forte : on peut s’attendre à des surprises à la rentrée compte tenu de la nouvelle donne réglementaire et le rapprochement de France Télécom et de Wanadoo”, estime Fleur Thefmar, directrice régulation et affaires extérieures pour Télé2 France, qui a assisté à cette réunion au ministère de l’Industrie. D’où la volonté des FAI de sensibiliser le gouvernement sur des sujets considérés comme stratégiques, comme la revente de l’abonnement téléphonique.

Une offre très contestée

Dans son édition du 19 juillet, le quotidien Libération indique que les quatre porte-parole des FAI étaient également venu contester les prochaines offres haut débit que Wanadoo s’apprêterait à commercialiser à partir du 20 août. Le service d’accès Internet de France Télécom, numéro un de l’ADSL en France, voudrait lancer une formule à 2 Mbits/s pour 34,90 euros par mois. Pour les FAI concurrents qui cherchent à accroître leur part de marché ADSL, cette nouvelle offre serait susceptible de faire tanguer le fragile équilibre concurrentiel que l’on observe sur le marché du haut débit. “Cette annonce est une tactique de Wanadoo pour mesurer notre degré de vigilance”, commente Fleur Thefmar.

Contacté dans la journée de lundi, France Télécom n’a pas donné suite à nos demandes de précisions sur le sujet. Dans l’article de Libération, l’opérateur historique indique que l’un des principaux objectifs de la récente intégration de Wanadoo au sein de la maison mère était de disposer d’une “marge de manoeuvre” supplémentaire pour ses offres.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur