Olivier Rosenfeld (Iliad) : “Free veut une licence WiMax nationale”

Mobilité

Iliad/Free acquiert Altitude Télécom, l’opérateur alternatif qui a pris position sur le WiMax dès 2003.

Iliad, la maison mère du fournisseur d’accès Free, a déboursé plusieurs dizaines de millions d’euros pour acquérir les activités WiMax et grand public de l’opérateur Altitude Télécom. Elle met ainsi la main sur l’unique licence WiMax nationale à ce jour, attribuée en 2003 par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep, ex-ART).

Le groupe télécoms exploitant le deuxième service d’accès haut débit en France (avec 1,2 million d’abonnés) prend également possession de la cinquantaine d’émetteurs déjà installés par Altitude Télécom dans quatre départements (l’Orne, l’Eure, la Vendée, le Calvados). Ces équipements sont aujourd’hui utilisés pour fournir un accès Internet haut débit à plus de 200 foyers et plus de 800 entreprises. Le point sur cette opération d’acquisition avec le directeur financier du groupe Iliad, Olivier Rosenfeld. (Interview réalisée le 05/09/05)

VNUnet : Quels sont les objectifs de cette acquisition ?
Olivier Rosenfeld : Nous voulions d’abord être certains d’avoir une licence WiMax nationale. L’Arcep prévoit d’attribuer uniquement des licences régionales et aucune autre nationale. Par conséquent, le seul moyen pour les autres opérateurs de couvrir en WiMax le territoire français est d’acquérir plusieurs licences régionales.

Le WiMax doit encore faire ses preuves, tant sur le plan technique que commercial. En rachetant Altitude Telecom, vous faites un gros pari…
Cette technologie nous paraît porteuse. Elle n’a pas encore d’applications commerciales en Europe mais elle poursuit son évolution, laquelle est aujourd’hui soutenue par les industriels de l’informatique et de la téléphonie mobile. Intel et Nokia se sont notamment associés pour équiper les téléphones mobiles d’une puce WiMax.

Quelles offres WiMax envisagez-vous de proposer, à qui et quand ?
Nous allons compléter notre offre d’accès haut débit, destinée au grand public d’ici 3 à 5 ans. Pour l’heure, il est difficile d’entrer dans les détails, les possibilités offertes par le WiMax n’étant pas encore toutes connues.

La Freebox va-t-elle un jour intégrer un récepteur WiMax pour permettre à un abonné d’avoir un accès Internet haut débit, sans avoir à installer un équipement particulier ?
On peut tout imaginer. Aujourd’hui, nous en sommes au stade des pistes et des expérimentations.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur