Ommic : une levée de fonds pour monter en puissance sur la 5G

EntrepriseLevées de fondsRéseauxTrès haut débit
ommic-levee-fonds
2 0

Le français Ommic, fabricant de circuits intégrés, lève 12 millions d’euros qui lui serviront à augmenter sa capacité de production de composants 5G.

Multiplier ses capacités de production dans les composants 5G à ultra-hautes fréquences : c’est le principal objectif d’Ommic après son dernier tour de table.

La SA basée à Limeil-Brévannes* (Val-de-Marne) a levé 12 millions d’euros auprès de BNP Paribas, de Banque Populaire et de la société de conseil en gestion de patrimoine La Financière des Victoires, avec le soutien de Bpifrance.

Constituée en l’an 2000, l’entreprise s’est spécialisée dans la production de circuits intégrés III-V (arséniure de gallium et nitrure de gallium) pour le domaine spatial et l’industrie des télécoms.

Pour répondre à la croissance de la demande en équipements réseau de nouvelle génération, elle compte quadrupler sa capacité de production, tout en étoffant ses équipes : il est prévu de recruter, à partir de septembre, 26 techniciens et ingénieurs en chimie, lithographie et épitaxie.

La PME, qui employait 83 personnes au 31 décembre 2015, devrait être pleinement opérationnelle sous cette configuration dans un an. Un timing idéal si on considère que les premières expérimentations « grandeur nature » des services 5G doivent débuter en 2018 – les offres commerciales étant attendues pour 2020.

Ommic se positionne comme le seul acteur européen à produire des galettes de silicium de 6 pouces avec une technologie orientée pour la 5G. Mais comme le suggère Silicon.fr, ce sont peut-être d’autres composants qui seront exploités en premier lieu. En l’occurrence, ceux destinés à prendre en charge les ondes millimétriques, à des fréquences supérieures à 30 GHz.

L’exploitation de tels systèmes imposera la mise en place d’un nouveau réseau, probablement à travers des small cells au niveau de la rue.

De même, il reste aux différents organismes de normalisation et régulation, en tête desquels l’Union internationale des télécoms, à définir les plages d’ultra-hautes fréquences qui seront réservées aux télécommunications 5G.

Selon Ommic, la demande est déjà là. Le Français indique avoir déjà signé plusieurs partenariats avec des équipementiers dont Huawei, qui fournit 45 des 50 plus gros opérateurs de la planète.

* Ommic affiche un chiffre d’affaires en hausse de 9 % entre 2014 et 2015, à environ 15 millions d’euros, pour un résultat net en progression de 42 %, à 2,7 millions d’euros.

Crédit photo : GrayMark – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur