On a testé le Wi-Fi à 300 km/h à bord du Thalys

Cloud

Embarquement immédiat pour tester le service Internet sans fil à bord d’un train Thalys. On surfe plutôt bien sur les rails…

“En raison d’un problème d’infrastructure, nous aurons dix minutes de retard sur notre trajet.” Que l’on s’entende bien : ce message d’information voyageurs émis par le personnel de bord du train Thalys de 15h55 sur le tronçon Paris-Bruxelles concerne bel et bien une défaillance de réseaux. Ferroviaires mais pas télécoms. Tant mieux car les journalistes qui se sont déplacés pour tester le Wi-Fi à 300 kilomètres à l’heure n’auraient pas forcément apprécié…

Installé dans un wagon première classe, je me connecte sur ThalysNet dès que l’on quitte la Gare du Nord. Impatient de découvrir le surf Internet sans fil illimité à bord d’un train à grande vitesse. Un portail basique avec un fil d’information généraliste est disponible en accès libre mais le plus intéressant est l’inscription “en trois pages Web”.

Pseudonyme, adresse physique, adresse e-mail….C’est long. Mais, une fois cette procédure fastidieuse de création de compte réalisée, le voyageur Première Classe dispose de ses codes d’accès permanents et pourra réutiliser le même identifiant et mot de passe pour se re-connecter sur ThalysNet lors d’un voyage ultérieur.

Dans le vif du sujet

Voyons voir ce que le dispositif Wi-Fi à 300 km/h a dans le ventre. Commençons léger par un surf sur des sites éditoriaux comme Le Monde ou Vnunet.fr au hasard. Bon, on sent une légère attente pour que les pages Web s’affichent correctement mais, bon, c’est une question de longues secondes.

On peut imaginer qu’une horde de journalistes concentrés sur un seul wagon puisse solliciter le serveur de manière intense. Selon Alain de Cort, Responsables Comptes Chez Nokia Siemens Networks, le débit moyen tourne entre 5 et 9 Mbit/s. “On a observé des pics de 80 connexions simultanées dans la phase pilote”, a-t-il affirmé lors de la conférence de presse juste avant le départ.

Retour devant l’écran de mon PC embarqué : un rapide test de bande passante m’indique que je surfe à 7 Mbit/s. Pas mal alors que le paysage défile à toute vitesse. Je me rend sur Gmail pour envoyer quelques mails. Un des services les plus pratiques lors d’un déplacement. Là aussi, c’est assez confortable. Même pour envoyer du courrier avec pièce jointe. J’en profite pour discuter via Gtalk avec quelques correspondants connectés. Histoire d’en mettre plein la vue. RAS.

VOD, streaming : cela tient la route

J’entends quelques journalistes installés à côté de moi se plaindre qu’il n’arrive pas à accéder à Dailymotion. Je fais un rapide tour sur la home page de la plate-forme de diffusion de stockage et de partage vidéo.

J’arrive à consulter une vidéo à la demande avec Maxime Lombardini, Directeur général de Free, qui explique à Eric Besson, secrétaire d’Etat en charge de l’économie numérique, comment la fibre optique marche. Bon, des fois, la vidéo est ralentie mais globalement, l’exercice est convaincant.

Quid du pur streaming ? Je me connecte sur le site Internet de France-Info. Je clique sur la Web radio “live”. Là aussi, je n’ai aucun problème à écouter le live streaming de la radio d’information en continu.

Upload : pas le temps :-(

Décidément, il est bien difficile de piéger ThalysNet. Mais bon, sachant que la bande passable disponible peut être upgradée à souhait, on peut imaginer que l’équipe de ThalysNet a pris les précautions nécessaires pour éviter une saturation de l’accès avec un wagon bondé de journalistes.

Après le download, il faudrait tenter l’upload pour être complet. Mais, avec une heure de trajet prévue et les entretiens prévus à côté, je ne parviens malheureusement pas à trouver le temps de réaliser un exercice d’upload.

La direction de Thalys et le consortium de prestataires techniques (Nokia Siemens Network, Telenet et 21Net) assurent qu’il n’existe aucune limite d’upload ou de téléchargements. Mais, en cas d’abus, cette générosité pourrait être revue à la baisse…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur