OneCare : la solution de sécurité globale de Microsoft

Cloud

Le produit intègre des solutions antivirales et des outils de maintenance. Il sera commercialisé comme un produit indépendant de Windows.

Microsoft vient d’ajouter une nouvelle brique à son programme d’informatique de confiance (trustworthy computing) démarré il y a maintenant trois ans (voir édition du 17 janvier 2002). Après avoir concentré ses efforts sur la sécurisation du code (à travers la refonte de Windows Server et du SP2 de Windows XP), l’éditeur déploie aujourd’hui un ensemble d’applications qui visent à renforcer la sécurité et la fiabilité globale de l’ordinateur.

Baptisé OneCare, ce pack logiciels comprend un antivirus, un antispyware et un firewall intégral (entrant et sortant). Ainsi que des applications de sauvegarde et restauration, et un gestionnaire de tâches de maintenance (nettoyage et défragmentation des disques, optimisation des performances…). Autant d’utilitaires qui existent plus ou moins dans Windows XP mais qui ne sont pas toujours exploités par manque de visibilité. Surtout, à l’image du Centre de sécurité de Windows XP SP2, OneCare rassemblera l’ensemble de ses fonctions sous une seule interface dont l’application tournera en tâche de fond pour ne s’activer qu’à l’avertissement des mises à jour.

Pour le moment, OneCare n’est disponible qu’en version bêta à l’intention des développeurs et autres éditeurs soucieux de vérifier la compatibilité de leurs produits. La version finale et publique est attendue pour la fin de l’année. Et sa distribution ne concerne, pour le moment, que le seul territoire américain. Aucune date n’est avancée pour le marché européen. Aucun prix non plus. Pas plus que le mode de distribution (en boîte, en ligne, intégré à Longhorn…). Seule certitude, le produit se destine au marché des utilisateurs grand public et il sera vendu.

La crédibilité de Microsoft en jeu

“Nous aurions pu rendre ce produit gratuit”, explique Frédéric Favre, responsable de la plate-forme Windows et postes clients chez Microsoft France, “mais nous préférons le commercialiser pour que les choses soient claires. Nombre d’utilitaires intégrés à Windows ne sont pas exploités par les utilisateurs. L’idée est de changer le mode de visibilité de nos produits.” OneCare se destine effectivement à l’existant, aux PC sous Windows non sécurisés. “Nous n’avons pas vocation à être partout, nous voulons seulement que l’utilisateur ait un PC qui fonctionne, c’est la crédibilité de Microsoft qui est en jeu.” OneCare apparaît aussi comme un outil de communication qui répond aux critiques sur la négligence de Microsoft vis à vis de la sécurité.

La commercialisation de OneCare évite également de remettre de l’huile sur le feu suite au procès fleuve intenté par le gouvernement américain qui accusait l’éditeur d’abuser de sa position monopolistique (voir édition du 4 novembre 2002). Le porte-parole de Microsoft se défend d’ailleurs de vouloir tuer la concurrence. “Nous ne nous positionnons pas sur le débat commercial mais comme un éditeur supplémentaire d’appoint pour les utilisateurs non équipés [de solutions antivirale, ndlr]”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur