Open innovation : quand la création de valeur vient de l’extérieur

Cloud

Bluenove a réuni Alcatel-Lucent, PagesJaunes et Ecomobilité Partenaires (SNCF) pour évoquer l’art de bousculer l’innovation au sein des grands groupes en faisant appel à des électrons libres.

Comment tirer profit de “l’open innovation” ?

C’est la “capacité d’intégrer de nouveaux partenaires internes et externes à l’entreprise dans le développement de ses innovations”.

Bluenove en a fait son cœur de métier en accompagnant les entreprises à découvrir cette forme d’approche de création “outsourcée” de valeurs : animation de communautés externes, analyse d’écosystèmes innovants, déploiement de solutions collaboratives, formation…(voir encadré en bas de l’article).

“L’open innovation” peut prendre plusieurs formes, selon son P-DG Martin Duval : approche de résolution technologique, concours d’idées, fonds d’investissement, programme de partenariats…

Prenons un peu de recul sur l’adaptation terrain car la dimension marketing “d’open innovation” n’a pas de retranscription juridique en France.

Par conséquent, il faut bien soupeser les conditions contractuelles en termes de propriété intellectuelle, de responsabilités et d’objectifs attribués.

Au cours d’un déjeuner de presse, Bluenove a présenté les résultats d’une étude sur “Les grandes entreprises françaises et l’Open Innovation” en présence de trois représentants de groupes ayant lancé des formats “d’open innovation” : Alcatel-Lucent Bell Labs France, PagesJaunes et Ecomobilité Partenaires (fonds d’investissement “mobilité” de la SNCF).

Trois témoignages permettant d’avoir une idée concrète de ce qui se passe sur le terrain en termes de développements d’écosystèmes.

(Lire la suite page 2 : témoignage d’Alcatel-Lucent)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur