Open innovation : Société Générale prône l’échange avec les communautés

EntrepriseFusions-acquisitionsGestion des talentsLevées de fondsManagementRessources humainesStart-up
societe-generale-open-innovation-4
5 49

Le groupe Société Générale monte en puissance dans l’innovation ouverte avec l’appui d’espaces numériques (comme le Player) et les start-up FinTech.

En pleine reconfiguration de son réseau d’agences, Société Générale tient à montrer ses capacités d’innovation sur tous les fronts.

Dans le domaine de la relation client, le groupe bancaire affiche ses capacités de déployer une stratégie omnicanal sur fond de dématérialisation de ses services.

Plus en amont, il monte sur le domaine de l’innovation ouverte « au cœur de la transformation digitale ».

Inutile de parler budget avec Françoise Mercadal-Delasalles, Directrice des ressources et de l’innovation de Société Générale. Ce n’est pas le sujet, estime-t-elle. L’important, c’est de libérer la créativité intra-groupe et faire découvrir aux collaborateurs du groupe d’autres horizons sources d’inspiration.

« En France, nous sommes très fort sur l’innovation produits. Mais il faut que l’on se déplace vers l’innovation de l’expérience client », évoque Françoise Mercadal-Delasalles, qui cherche à privilégier « l’innovation en rupture » plutôt que ‘l’innovation incrémentale ».

Une série d’initiatives sont prises dans ce sens. Certes en interne ou surtout en externe.

L’open innovation aura sa place dans le prochain grand ensemble immobilier totalement connecté du groupe (Les Dunes, 90 000 m2 destinés à accueillir plus de 5000 employés de la Société Générale à Val-de-Fontenay dans le Val-de-Marne). Son inauguration devrait survenir dans le courant de l’automne 2016.

Mais le groupe bancaire cherche d’abord à sortir du carcan de son domaine de prédilection. « On ne va pas créer notre propre lieu d’open innovation. L’important, c’est l’échange entre les communautés », assure Françoise Mercadal-Delasalles.

Partenariat avec le Player : monde décalé

On oublie les rendez-vous avec les start-up au siège social de La Défense, qui tendait un peu trop rapidement vers le business. Et on prend de la hauteur pour repenser les services financiers et bancaires.

Illustration avec le partenariat établi avec Player, un espace parisien de co-working à proximité du NUMA dédié à « l’innovation collective » en dépassant la dimension du numérique.

Un intriguant lieu au sein duquel on peut découvrir des prospectivistes, des data artistes, des entrepreneurs sociaux, des makers…Bref, un monde vraiment décalé par rapport à l’univers feutré des pros de la banque.

Marylène Vicari, Directrice générale du Player, évoque un « partenariat sur du long terme » forgé avec Société Générale.

Les collaborateurs de la banque disposeront d’un accès privilégié aux ressources sur place pour mener du brainstorming, des « runs » (constitution d’équipes projets) et des ateliers de sensibilisation sur le thème de la « transformation numérique ».

En six mois, plus de 750 collaborateurs de la Société Générale s’y sont rendus.

Illustration avec l’expérience des équipes Assurances de Société Générale pour la conception de l’application SG Drive, qui sortira en début d’année prochaine.

Après avoir travaillé sur ce projet de leur côté, elles ont présenté le projet au sein du Player. Laurent Dunet, Directeur général de Sogessur, a ressenti un « choc de culture » entre ses équipes IT et les communautés hébergées au sein de l’espace « d’innovation collective ».

« En 15 jours, on a revu à fond le projet d’app », témoigne-t-il. Pour intégrer des dimensions plus innovantes dans l’ergonomie ou des briques transversales de gamification. « Bilan avec le passage du Player : on a perdu du temps sur le projet pour gagner en qualité. »

S’ouvrir aux communautés et gagner en agilité

francoise-mercadal-delasalles-innovation-societe-generale
Françoise Mercadal-Delasalles, Directrice des ressources et de l’innovation de Société Générale

François Mercadal-Delasalles est persuadée qu’en multipliant ses passerelles d’immersion synonymes de « créativité », « d’agilité » et de « rapidité », le groupe bancaire gagnera en efficacité pour concevoir des nouveaux services en vue d’une mise sur le marché plus rapide.

Le cycle idéal ? 15 jours pour valider des projets et trois mois de développement.

Au-delà du programme interne d’entrepreunariat (en phase de prototypage), Société Générale établit des partenariats avec d’autres communautés dans la région parisienne : Le Tank (design d’expérience), SenseCube (programme d’accélération de start-up sociales), Plaine Coworking (espace de travail de projets, communauté d’entrepreneurs…) et In Process (design thinking).

En charge de l’innovation pour le groupe Société Générale, Aymeril Hoang présente le dispositif au niveau mondial.

A travers des « expériences d’immersion » dans des lieux d’écosystèmes innovants dans le monde (San Francisco, Copenhague, Dakar, Bangalore, Chine, Israël), les responsables des lignes métiers du groupe sont invités à identifier les start-up les plus prometteuses dans leur domaine de prédilection et évaluer les possibles expérimentations communes.

Des thématiques transversales sont retenues comme la règlementation digitale, la big data, la cyber-sécurité ou la blockchain.

12 « tendances stratégiques » (dont les nouveaux moyens de paiement, le crowdlending pour les PME, les nouvelles méthodes de travail et d’interaction, l’intelligence artificielle…) ont été identifiées au niveau groupe, ce qui permet de réaliser des « notes prospectives » et des proofs of concept ou des discussions avancées avec des start-up (50 projet dans ce sens, dont la moitié en phase de pilote).

Open innovation : le choix des armes

Depuis l’an dernier, le groupe bancaire monte aussi en puissance dans l’open innovation à travers la tenue de hackathons depuis 2014 (comme le Hackathon SG Connected Hack mené à L’Ecole 42 en octobre 2014) ou des sessions de type Meet-up comme la Nuit de la FinTech (organisée au printemps dernier).

La FinTech, parlons-en. C’est dans ce vivier de start-up que le groupe bancaire piochera en priorité. Un accord dans ce sens a été signé avec la FinTech Innovation Lab London.

Société Générale pourra pousser le bouchon jusqu’à des opérations de croissance externe comme ce fût le cas avec Fiducéo acquis par Boursorama en mars 2015 (autour des solutions de gestion bancaire et administrative pour les particuliers).

La banque ne s’interdit pas non plus des participations dans des levées de fonds (comme celle de Symphony).

Une implication dans des fonds de capital-risque (spécialisés ou non dans la high-tech) est également explorée.

societe-generale-open-innovation-2
De gauche à droite : Aymeril Hoang (Directeur Innovation – Société Générale), Marylène Vicari (DG Player) et Laurent Dunet (DG Société Générale Assurances)

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur