OpenClassrooms lève 6 millions d’euros : la suite s’écrit à l’international

EntrepriseLevées de fonds
openclassrooms-etat
3 7

Xavier Niel s’invite au dernier tour de table d’OpenClassrooms, qui aborde l’extension de sa plate-forme de MOOC à l’international.

Le Royaume-Uni et l’Espagne se rapprochent pour OpenClassrooms.

La plate-forme française de cours en ligne (MOOC, pour « Massive online open courses ») prévoit d’investir ces deux marchés au mois d’octobre en y lançant des offres localisées.

Cette stratégie de développement à l’international est portée par une levée de fonds de 6 millions d’euros tout juste officialisée.

Alven Capital, qui avait accompagné le précédent tour de table d’OpenClassrooms (1 million d’euros début 2014), remet au pot.

D’autres investisseurs de la place parisienne se joignent à l’opération : Citizen Capital, Bpifrance… et Xavier Niel, via sa holding personnelle NJJ Capital – dont le siège social est situé à la même adresse que celui de Free Mobile ; en l’occurrence, au 8, rue de la Ville-L’Évêque, dans le 8e arrondissement de la capitale (la maison mère Iliad étant juridiquement établie au 16 de la même artère).

Revendiquant près de 2 millions d’apprenants, OpenClassrooms a l’ambition de former 20 millions de personnes d’ici à 2020. La disponibilité de formations en langues anglaise et espagnole ont contribué à la diversification de son audience, aujourd’hui réalisée à 40 % hors de France.

Pour élargir son public, la plate-forme veut mettre en place de nouveaux « parcours diplômants », du nom de ces formations de 4 à 12 mois sanctionnées de certifications reconnues par l’État. Pour le moment, elles concernent les métiers de développeur, intégrateur Web et chef de projet multimédia.

Sur la route des MOOC

Ces formations diplômantes sont au cœur du modèle économique d’OpenClassrooms : elles ne sont accessibles qu’aux utilisateurs Premium Plus, formule à 300 euros par mois (sans engagement) qui associe à la dimension de l’apprentissage communautaire un mentor dédié.

Le ticket d’entrée, à 20 euros par mois, ne permet pas de suivre de parcours. Il donne toutefois accès à un catalogue de cours globalement orientés sur le numérique, avec des compléments dans l’entrepreneuriat et le développement personnel.

La marque OpenClassrooms n’est exploitée que depuis la rentée 2013. Avant, il y a avait Simple IT, société fondée en 2007 par Pierre Dubuc et Mathieu Nebra pour professionnaliser l’activité du Site du Zéro, créé huit ans plus tôt et devenu entretemps une plate-forme pédagogique regroupant des tutoriels dans le domaine de l’informatique.

La transition vers le modèle des MOOC s’était accélérée à la faveur de la levée de fonds réalisée début 2014, avec l’appui de la base de connaissances constituée en quinze ans d’exploitation du Site du Zéro.

Depuis la rentrée 2015, OpenClassrooms propose, en vertu d’un accord avec l’État, un accès gratuit à sa formule de base pour les demandeurs d’emploi. Un an plus tard, « plus de 30 000 bénéficiaires » sont recensés.

Crédit photo : Maksim Kabakou – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur