OpenIP exporte la téléphonie d’entreprise vers le cloud

CloudEntrepriseOpérateursRéseaux

L’opérateur télécoms français OpenIP achève la migration de ses infrastructures vers le cloud et destine aux entreprises une offre d’externalisation d’applications et de standards téléphoniques.

L’opérateur télécoms OpenIP concrétise l’exportation intégrale de ses services de téléphonie sur IP vers le cloud. D’une ultime migration des infrastructures liées résulte une offre segmentée en deux formules, MyServer et MyPBX.

A l’appui d’une virtualisation propice à l’externalisation des plates-formes d’entreprise sur un serveur IPBX accessible par le biais d’une liaison Internet classique (ADSL, fibre et consorts), l’ensemble offre une interface de communication unifiée.

Au prix du déploiement massif de trois data centers en région Ile-de-France, OpenIP propose un backbone d’autant plus polyvalent qu’il est entièrement hébergé à distance, avec le concours de Cisco, EMC et VMware.

Et le directeur adjoint Laurent Silvestri de mettre l’accent sur cette “compatibilité certifiée avec la plupart des applications et équipements télécoms“. En l’occurrence, les écosystèmes de Microsoft, Siemens, Cisco…

A l’image d’un Orange Business Talk récemment passé à la haute définition sonore par le biais du codec G.722, MyServer et MyPBX jouent la carte de l’universalité pour faciliter les appels “IP-IP” entre plusieurs sites géographiques d’une même entité.

A partir de 49 euros HT par mois, le premier se présente sous la forme d’une machine virtuelle évolutive livrée clés en main et par conséquent équipée à la demande, du système d’exploitation aux applications, sous licences Windows ou open source.

MyPBX y adjoint l’externalisation des standards téléphoniques, incluant notamment la gestion des appels simultanés, la portabilité des numéros locaux et le basculement intelligent entre le codec G.711 et son évolution, le G.729, plus performant mais consommateur de bande passante.

Ce second service facturé à hauteur de 49 euros mensuels (hors taxes) s’associe à un engagement de disponibilité et de sécurité de la part d’OpenIP.

L’opérateur français, qui exerce depuis 2005, s’inscrit dans la dynamique d’un marché de la téléphonie sur IP (ToIP) pressenti pour générer 40 millions de dollars à l’horizon 2015.

 

Crédit image : © Marc Dietrich – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur