OpenSocial : la réponse de Google à Facebook

Mobilité

Google lance des interfaces de programmation pour la création de “gadgets” compatibles avec plusieurs réseaux sociaux. De quoi détrôner Facebook ?

Après des mois de rumeurs, Google est-il sur le point d’accoucher de son grand projet dans les réseaux sociaux, qui a vraisemblablement été affublé du nom de code “Maka-Maka” ou “MakaMaka” en interne ? Selon plusieurs magazines américains, dont le site VentureBeat qui se serait procuré une copie du communiqué de presse en cours de validation par le groupe, le moteur doit annoncer le premier novembre son nouveau projet dans ce domaine.

Il se serait pour l’occasion associé à plusieurs réseaux (dont LinkedIn, hi5, Friendster, Plaxo, Viadeo et Ning), tous rivaux de Facebook et MySpace, les deux “leaders” du secteur. Au total, une douzaine d’entreprises se seraient ainsi associées à Google, d’après Reuters.

Complémentaire d’Orkut (le réseau social de Google), OpenSocial, c’est le nom du “nouveau né”, offrira aux développeurs un ensemble d’API (interfaces de programmation ou “Application Programming Interfaces”) pour créer des “gadgets” compatibles avec les différents réseaux. Ces “widgets” pourront puiser dans les données utilisateurs, les contenus et les fils d’information offerts sur les plateformes des partenaires.

Facebook en ligne de mire

Nul doute que le groupe souhaite ainsi rivaliser avec Facebook, réseau social américain qui a récemment bénéficié d’un investissement de 240 millions de dollars en provenance de Microsoft et ne figurerait pas dans la liste des partenaires de Google. Ce dernier a en effet ouvert sa propre plateforme aux applications tierces en mai 2007. Et avec beaucoup de succès puisque 6 000 programmes auraient à ce jour été développés pour sa plateforme.

MySpace, lui aussi absent, est par ailleurs également sur le point d’ouvrir son réseau aux développeurs externes, de même que la plateforme de messagerie instantanée Meebo.

L’ouverture comme arme

Selon une source proche du dossier, citée par le New York Times, les nouvelles API de Google devraient être “compatibles avec toutes les compagnies”, offrant un avantage pour les développeurs qui pourront ainsi porter sans frais leurs modules sur plusieurs réseaux. Le quotidien ajoute que “la crème” des développeurs utilisant Facebook devrait être présente demain soir au Googleplex, pour une soirée de lancement où “ils annonceront leur décision de personnaliser leurs programmes pour les sites OpenSocial”.

Autre bénéfice supposé, OpenSocial utiliserait des langages répandus (HTML, Flash et Javascript), tandis que l’usage des API de Facebook nécessite l’apprentissage d’un langage propriétaire (FBML, pour “Facebook Markup Language”).

Reste donc aux développeurs à exercer leurs talents. Dès jeudi premier novembre, la documentation sur les API devraient être mises en ligne, ainsi qu’un espace d’hébergement des applications en cours de développement et un site où seront présentés tous les gadgets.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur