Opera 15 puise son moteur dans le projet Chromium

Cloud
logo Opera

Le moteur de Chromium fait son entrée dans la version 15 du navigateur Web d’Opera Software.

Le moteur de Chromium fait son entrée chez l’éditeur norvégien Opera Software, qui publie la version 15 de son navigateur Web pour les environnements Windows et OS X.

Les utilisateurs Linux x86/AMD64 et FreeBSD x86/AMD64 devront patienter. Quant aux plates-formes PowerPC et Solaris, leur support semble désormais appartenir au passé.

Si les travaux se sont concentrés sur l’ajout d’outils sociaux, l’accès rapide aux informations et la compression de données, la principale nouveauté reste l’intégration d’un nouveau moteur.

Exit les technologies propriétaires de l’éditeur, supplantées par celles issues du projet open source Chromium, et associées pour l’occasion à JavaScript V8.

Les premières allusions à ce basculement remontent au mois de février.

Interpellée, lors du Mobile World Congress de Barcelone, quant au risque de provoquer, en adoptant cette stratégie, une nouvelle vague de monoculture potentiellement préjudiciable au Web, l’équipe d’Opera Software s’était persuadée d’avoir “fait le bon choix”.

Inscrite dans une logique de projet commun, cette contribution à un projet déjà soutenu par d’Adobe, Amazon, Apple, BlackBerry, Google, Nokia ou encore Oracle, fait sens à l’heure où l’avènement du HTML5 rend presque impossible la conception d’un moteur de rendu par une unique entité.

En parallèle, le cycle de développement s’accélère.

En plus de la mouture stable, deux canaux de distribution sont mis en place : Opera Next (versions bêta) et Opera Developer (alpha). Comme le note Silicon.fr, les trois peuvent cohabiter sur un même système.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les navigateurs Web ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur