Opera enfin en version alpha pour Mac

Cloud
Information - news

Une version alpha, dite préversion technologique, du butineur alternatif Opera est désormais proposée pour le Mac. La société norvégienne qui le promeut n’hésite pas à le présenter comme le navigateur Internet le plus rapide du monde.

De nombreux navigateurs autres que l'”Incontournable Explorer” existent sur Mac, comme l’allemand iCab ou l’américain Omnigroup. Opera Software, une firme basée à Oslo en Norvège, cherche à les rejoindre. Son logiciel phare, Opera, est déjà proposé sur 4 systèmes d’exploitation différents, de Windows à Linux, en passant par BeOS et EPOC (voir édition du 7 juillet 2000). Les Norvégiens préparent également une version pour OS/2, mais surtout ils viennent de mettre à disposition de futurs clients et de testeurs volontaires la version qu’ils ont développée pour Mac. Le fichier d’installation à télécharger fait quelque 2 Mo. Le logiciel lui-même n’occupe même pas 3 Mo, hors autres éléments installés, telle la machine virtuelle Java.

Avis aux alpha-testeurs

La version proposée par la société est donc une version alpha, une application dans ses tout premiers stades de développement. Il faut donc s’attendre à des bogues nombreux et à des plantages. “L’aspect et le ressenti, ainsi que les possibilités d’Opera 5 pour Mac, changeront certainement énormément avant la version finale, mais les fans du Macintosh peuvent déjà voir dans quelle direction notre navigateur se dirige”, a souligné Hakon Lie, responsable en chef des technologies d’Opera Software. “Ce qui importe maintenant, c’est que le plus de personnes possible le testent et renvoient des rapports sur les bogues rencontrés. Plus les utilisateurs nous aideront, meilleur sera le navigateur que nous fournirons à la communauté Macintosh.”

La particularité d’Opera est d’être un navigateur très léger, face au poids lourd du secteur, Internet Explorer, qui “consomme” à lui seul plus de 5 Mo. La version fournie par la firme norvégienne est censée fonctionner sur système 7.5 ou supérieur. Opera Software travaille également sur une version de son logiciel sur processeur 68k ainsi qu’à une version pour MacOS X.

Design sobre et fonctionnalités réduites

La première impression est assez positive, bien qu’il s’agisse d’une version en développement : le chargement des pages est aussi rapide qu’avec Internet Explorer 5 qui déjà l’améliorait de manière importante par rapport à ses versions précédentes. Le design est assez sobre et les fonctionnalités réduites toujours en comparaison de ce que d’autres peuvent proposer et des versions disponibles sur les autres plates-formes. Opera ne sort toutefois pas des sentiers battus, puisque l’application respecte les standards de l’Internet : XML, CSS1 et 2, HTML 4, HTTP 1.1, Wap-WML ou encore JavaScript 1.3. A terme, Opera pour Mac sera distribué de deux façons différentes, comme pour les autres systèmes d’exploitation : une version payante (40 dollars, soit près de 300 francs pour les versions disponibles aujourd’hui) et une version gratuite mais obligeant à l’affichage de bannières publicitaires (voir édition du 6 décembre 2000). Le prix de la résistance à l’hégémonie ?

Pour en savoir plus :Le site d’Opera (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur